Quels matériaux pour les canalisations d'eau?

Modifié par TiM Vanhove le 20/07/2012

© Habitos.be
Izzy C+
© Van Marcke
© Habitos.be

Cela fait plusieurs décennies que l’on utilise des canalisations d’eau dans nos maisons. Dans le temps, on utilisait surtout des canalisations en plomb. C’est de là que vient le nom de ‘plombier’. Mais comme ce matériau s’est avéré nocif pour la santé, on ne trouve de plomb que dans les maisons anciennes. Il est d‘ailleurs fortement conseillé de remplacer ces canalisations par un matériau plus récent et plus sain.

 

Après le plomb, on a eu le fer et l’acier. On les utilisait surtout pour les conduites du chauffage central (acier brut) et les canalisations sanitaires (acier galvanisé). Mais à l’heure actuelle, on ne les utilise quasi plus dans les installations particulières, parce que la mise en œuvre de canalisations en acier demande un travail énorme. Le raccourcissement des tuyaux ou la soudure est un travail de professionnels. Dans les milieux industriels, on retrouve encore ce type de canalisations pour les sprinklers ou pour le transport de fluides sous haute pression.


Matériaux modernes

Le temps du plomb, de l’acier ou du fer dans les maisons particulières est donc révolu. Aujourd’hui, on privilégie le cuivre – en quantités limitées – ainsi que les matériaux synthétiques en tous genres.


Le cuivre

Ici nous devons faire la distinction entre le cuivre tendre et le cuivre dur. La première variante est utilisée pour les sanitaires, tandis que le cuir dur est réservé aux conduites de gaz. La mise en œuvre du cuivre est comparable à celle de l’acier galvanisé, mais s’avère plus simple. Les tubes en cuivre tendre sont soudés, les tubes en cuivre dur sont brasés. D’autres techniques d’assemblage sont les raccords mécaniques, les anneaux de matrice ou les raccords de refoulement. Cette dernière technique est essentiellement réservée aux professionnels.


Le PVC (polyvinylchloride)

Le pvc est surtout utilisé dans les techniques de piscines. Pour l’amenée d’eau, on utilise des tubes pvc pression. En fonction du modèle, ils peuvent résister à une pression de 16Bar. Les tubes et les embouts sont collés à l’aide d’une colle spéciale. Il est important dans ce cas de dégraisser parfaitement les tubes, avant de les mettre en œuvre.


Le PP (Polypropylène)

Une autre solution en matériau synthétique, c’est le PP. Ces tubes et leurs embouts sont assemblés par polyfusion. L’embout est en quelque sorte fondu sur la canalisation à l’aide d’un miroir à souder, une technique utilisée essentiellement par les professionnels. L’avantage de cette technique de mise en œuvre, c’est que les embouts et les tubes forment un ensemble. Si la mise en œuvre est exécutée correctement, il n’y aura aucune fuite. On utilise ce matériau tant pour les canalisations d’amenée que d’évacuation.
Les avantages des canalisations en PP, comparé au pvc, sont que les tubes et les embouts présentent une résistance mécanique supérieure, résistent mieux aux températures élevées (par exemple dans le cas de l’évacuation des fours à vapeur) et résistent mieux aux produits chimiques. Dans le cas des systèmes d’évacuation, l’étanchéité est assurée par des joints en caoutchouc.


Tube-en-tube (PER)

Autre variation sur le même thème, le système de tube-en-tube. Il est apparu, il y a une trentaine d’années. Ce système implique que le tube de la canalisation d’eau est emboîté dans un tube cannelé. Le tube intérieur est fabriqué en PER (polyéthylène extrudé). L’avantage de cette technique du tube-en-tube, c’est la rapidité de la mise en œuvre : dérouler le tube, le raccorder et c’est prêt. C’est tout. Plus d’embouts ou d’autres techniques d’assemblage. L’inconvénient de ce système, c’est l’énorme phénomène de rétraction et de dilatation auquel sont soumises les canalisations.


Le tube en matériau synthétique multicouche (PEX)

Ce problème est actuellement résolu par le tube synthétique multicouche. Ces tubes sont constitués d’une couche de PEX, d’une couche d’aluminium et pour terminer, encore une couche de PEX. Grâce à la couche d’aluminium, les tubes sont moins sensibles à la rétraction et à la dilatation.

L’assemblage est effectué à l’aide de raccords (mécaniques) à pas de vis – facile pour les particuliers – ou de raccords de refoulement – réservé aux professionnels.

Le tube multicouche et les tubes en PP constituent la majeure partie du marché à l’heure actuelle.


Les diamètres

Maintenant que vous connaissez les matériaux, sachez que le diamètre de la canalisation a également son importance. Dans les maisons particulières, les mesures les plus courantes pour:

  • Le fer, l’acier et les canalisations en galvanisé: 3/8, ½, ¾ et 4/4
  • Le cuivre: 15, 22 et 28mm
  • Le pvc (évacuation): 32, 40 et 50mm (à l’exception des toilettes)
  • La buse synthétique multicouche: 16, 20 et 26mm
  • Le PE (canalisation d’aspiration de la pompe à eau de pluie): 32mm


Points importants

Quand on choisit le matériau pour les canalisations d’eau, il faut prendre en compte les applications prévues. En effet, il faut par exemple éviter le PE pour les canalisations d’eau chaude. Dans une maison existante, il faut vérifier quel matériau a été utilisé pour les canalisations d’eau. Certains métaux ne peuvent être combinés – par exemple le cuivre et l’acier galvanisé – étant donné que cela induit une électrolyse. Et lors d’un tel phénomène, le métal le plus fort attaque le métal le plus faible, provoquant ainsi des fuites.

Si votre chauffe-eau, par exemple, est doté d’une cuve intérieure en émail et de conduites en cuivre, on ne peut pas les raccorder directement à la canalisation en cuivre, mais il faut coupler les deux à l’aide d’un couple électrolytique. Dans ce cas, les deux matériaux sont séparés par un joint en caoutchouc, de telle sorte qu’il n’y a aucun contact possible entre les matériaux. Contrairement aux canalisations d’évacuation, les canalisations d’amenée pour l’eau courante ne doivent pas être posées en pente.

La pression de l’eau est généralement suffisante pour doter confortablement une maison moyenne en eau potable. Dans le cas d’immeubles et d’heures de pointe en consommation d’eau – par exemple à la Côte – il faudra vraisemblablement mettre en œuvre une installation à haute pression pour obtenir un confort d’utilisation suffisant.

 

Auteur: Spécialiste du sanitaire Van Marcke – mai 2011

Découvrez les conseils de nos experts

Brochures pour sanitaires

Plus d’info ?