Bien-être

Des matériaux de finition dépolluants

On peut aussi améliorer la qualité de l’air dans la maison, avec l’aide des matériaux. Dans un premier temps, on peut déjà éviter l’utilisation de matériaux polluants.

Eviter les COV

Quant aux composés organiques volatils (COV), on pense aux peintures. Optez pour des peintures naturelles, solubles à l’eau ou acryliques, afin d’éviter l’évaporation de COV quand on peint. Pour éviter le formaldéhyde – ou tous les aldéhydes en général –, il faut faire attention aux essences de bois que vous choisissez pour la finition, aux meubles, aux textiles (vêtements et rideaux) et même aux shampooings.

Concrètement parlant, optez pour le bois arborant un label Natureplus, ou dans le cas de plaques d’aggloméré – tels l’OSB, le multiplex, le MDF – pour des plaques présentant un taux faible de formaldéhyde ou même dépourvus de formaldéhyde. On les reconnaît à la classe E1 ou au cachet Komo ou ‘U’ de Uberwacht.
 

Matériaux dépolluants

On ne peut cependant pas éviter entièrement que des composés nocifs soient libérés dans la maison. Dans ce cas, on peut se consoler en combinant les matériaux nocifs et matériaux dépolluants. Comme par exemple les panneaux pour plafonds Activ Air de Gyproc ou Kairatin. Activ Air de Gyproc est un additif que l’on ajoute au plâtre pour les plaques de plâtre, qui capte les COV nocifs et les neutralise. Le fonctionnement dépolluant d’Activ Air est garanti pendant 50 ans.

Les dalles de plafond de Kairatin utilisent les amino-acides réactifs de la kératine, le matériau de base pour la production de ces dalles. On peut ainsi éliminer quasi entièrement les composés de formaldéhyde dans l’atmosphère.

L’éclairage

De nouvelles techniques ont permis de découvrir d’autres systèmes pour traiter la pollution de l’air. Plusieurs fabricants de luminaires ont déjà ajouté l’ionisation à leurs lampes – surtout les ampoules Led et économiques. L’ionisateur accroche les particules positives de l’air vicié aux particules négatives. Dès que l’équilibre entre le positif et le négatif devient neutre, les particules positives, nocives, ne peuvent plus agir. Les lampes dotées d’un système d’ionisation captent notamment la fumée, les pollens, les acariens, les bactéries et les poussières dans l’air ambiant.

Un purificateur d’air se veut une option plus évidente pour accomplir ce travail. Daikin propose la gamme Ururu. Ces appareils offrent, outre d’autres fonctions, la possibilité d’épurer l’air ambiant. Concrètement parlant, l’air ainsi traité est épuré dans un filtre photocatalytique. Les fumées et les particules de poussière contenues dans l’air sont filtrées pour un tiers. Un flash streamer épure ensuite les allergènes et les pollens contenus dans l’air, à 99,6%.

Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.

Souhaitez-vous lire cette brochure? Entrez votre adresse e-mail une fois