Portrait d'une maison réalisée en famille

Construire en famille : un risque pour certains, une pensée rassurante pour d’autres. Dans le cas de Steven et Annelies, frère et soeur, architecte et maître d'ouvrage, tout s’est déroulé à merveille. Résultat ? Une maison de caractère, taillée sur mesure.
Lorsqu’Annelies De Jaeghere et son époux ont décidé de concrétiser le rêve de leur vie, une chose était sûre depuis longtemps : inutile de s’arracher les cheveux pour choisir un architecte. C’est Steven De Jaeghere, le frère d’Annelies, qui allait endosser ce rôle avec brio.

Une aubaine pour les deux parties, comme allait le révéler la construction et l’après-construction. « Nous faisions aveuglément confiance à Steven. Nous étions vraiment sur la même longueur d’ondes et avons suivi toutes ses suggestions. C’est justement pour cela que nous n’avons pas eu besoin d’une multitude de devis. Nous le croyions sur parole, c’est comme ça avec la famille », relate Annelies. Et Steven ne tarit pas d’éloges sur la collaboration. « Tout était plus personnel, ce qui m’a fait placer la barre encore plus haut que d’habitude. C’était le plus beau cadeau que pouvait m’offrir ma sœur, je m’y suis donc consacré corps et âme. Inversément, Annelies et son mari ont été des maîtres d’ouvrage idéaux. De ceux qui vous font confiance et vous laissent suffisamment de liberté. »

Plus qu’une coquille vide

Pour ce projet, Steven De Jaeghere a d’abord écouté attentivement les exigences des maîtres d’ouvrage. Le couple rêvait d’une nouvelle construction à la fois épurée et pratique, de préférence avec un vide et un mur en maçonnerie comme on en voit dans les lofts. « Nous voulions en fait une maison dans laquelle nous allions nous sentir bien. Moderne, avec du caractère, ouverte, mais aussi intime. » Steven s’est mis au travail en combinant ces souhaits avec la réalité de la parcelle à bâtir, ce qui a donné naissance à une maison unique, réalisée sur mesure. Un bel endroit, mais surtout une histoire dans laquelle chacun a trouvé son bonheur. « Mon style a beau être formel et épuré, il ne s’agit en rien d’une coquille vide. Je commence par l’intérieur et je développe ce concept interne jusqu’à ce qu’il soit parfait. L’intérieur et l’extérieur doivent être en harmonie, c’est la condition sine qua non pour que cette coquille soit en adéquation avec ce qu’elle renferme. »

Abondance de lumière du jour

Le premier défi est né de la parcelle. « Une parcelle assez banale dans un clos plutôt ancien », se souvient Steven. Une situation qui avait également son lot d’opportunités. « Je voulais créer une maison sobre dont émanait une certaine force, sans détonner avec l’environnement existant. » Annelies s’empresse d’ajouter : « Nous voulions construire pour nous, pas pour les voisins. » Le jardin ensoleillé se trouvant à l’arrière, l’architecte a logiquement positionné les pièces de vie à l’arrière de la maison et les pièces plus fonctionnelles à l’avant. « Pour que les habitants profitent un maximum du calme et du jardin. » Cette idée s’est traduite par deux volumes (fermé à l’avant et ouvert à l’arrière), aussi bien séparés que réunis par un patio épuré. Une idée à laquelle les habitants ont dû s’habituer. « Il est vrai que ce volume fermé à l’avant nous effrayait quelque peu. Il n’avait rien à voir avec l’idée classique que l’on se fait d’une maison. Mais nous avons suivi Steven, à notre plus grande satisfaction. C’est très pratique, la lumière du jour baigne toute la maison, sans le moindre vis-à-vis. »

Une machine bien huilée

Le patio fait littéralement un trou dans le volume, si bien que la lumière du jour entre à profusion par l’ouest et que le soleil couchant brille jusque dans le bureau. L’architecte est également parvenu, grâce à ce patio, à faire communiquer les deux lignes de construction décalées des voisins, et à respecter cette harmonie.

Côté rue, le volume fermé renferme un carport, un local technique, une buanderie et un abri de jardin. Toutes les pièces dites pratiques y sont élégamment dissimulées. « Une maison doit être une machine bien huilée », explique Steven. « Une histoire parfaitement logique, un endroit agréable à vivre. » Le double carport est dissimulé derrière une cloison ouverte flanquée d’un portail métallique en lamelles d’aluminium. Construite sur mesure, cette réalisation particulièrement épurée filtre la lumière et donne du caractère à l’habitation. « Ce portail est la cerise sur le gâteau, qui vient compléter le patio », confirme Annelies.

Sainte Trinité

Aucune fausse note à l’intérieur non plus. Le couple a jeté son dévolu sur un jeu de noir et blanc, mais l’architecte y a subtilement ajouté ci et là quelques notes plus chaleureuses. L’une d’entre elles, le chêne sablé, se retrouve sur le bureau, les placards et les portes.

Dans le living, un mur en ardoise donne le ton. Histoire de conférer une dimension plus humaine à l’ensemble. « Ma sœur rêvait d’un mur en maçonnerie de type loft, mais cela ne convient pas tellement à une nouvelle construction. Elle avait également envisagé un mur en béton brut, mais ce n’était pas la meilleure solution non plus. » Finalement, l’architecte a proposé un mur en pierre naturelle, une alternative contemporaine qui sied à merveille à la maison. « Loin d’être une intervention purement esthétique, ce mur a également un aspect constructif et pratique. C’est la Sainte Trinité que je recherche dans tout ce que j’entreprends. » Un élément qui attire l’attention mais revêt diverses fonctions. Il en va de même pour le mur de placards dans le hall d’entrée, qui cache en même temps la porte des toilettes, deux vestiaires et un espace polyvalent.

Une énorme plus-value

Le reste de l’aménagement est lui aussi signé Steven De Jaeghere. Et cela se voit. Aucun détail n’a été laissé au hasard et tout est parfaitement harmonisé. « Nous avions prévu un budget pour que Steven conçoive aussi l’intérieur, et cela se traduit par une énorme plus-value. Tout a été créé sur mesure et correspond en tout point à ce que nous avions à l’esprit. Je conseille à tous ceux qui disposent de la latitude financière nécessaire de demander à leur architecte de concevoir aussi l’intérieur. »

La famille, qui compte aujourd’hui deux enfants, habite la maison depuis trois ans et n’a jamais eu à formuler la moindre plainte. Steven est lui aussi satisfait de son travail. « La première esquisse d’un projet de construction est toujours une version un peu onirique. Lorsqu’en fin de course, le résultat final ne s’en écarte que très peu, je suis un homme heureux. »

Source : Bâtidéco, Sophie Allegaert
Photos : Liesbet Goetschalckx

Fiche d’identité

  • Architecte, architecte d’intérieur et architecte paysagiste : Steven De Jaeghere
  • Année de construction : 2008
  • Méthode de construction : traditionnelle
  • Superficie de la parcelle : 950 m²
  • Superficie habitable : 343 m²
  • Valeur E : 53
  • Budget : non spécifié
Matériaux et techniques

  • Façades : 4
  • Toiture : EPDM
  • Menuiserie extérieure : aluminium
  • Fenêtres (protection solaire) : avec protection solaire
  • Sols + terrasse : carrelage céramique look béton à l’intérieur, basalt twilight à l’extérieur
  • Cuisine : conçue sur mesure par l’architecte
  • Salle de bains : conçue en partie sur mesure par l’architecte
  • Isolation : murs de 6 cm, toit de 14 cm
  • Ventilation : système D
  • Chauffage : pompe à chaleur

Bâtidéco

Retrouvez cet article et bien d'autres encore dans le trimestriel "Bâtidéco"



Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.

Souhaitez-vous lire cette brochure? Entrez votre adresse e-mail une fois