Un foyer dans une maison passive

Modifié par Vinciane Pinte le 24/10/2012

Voilà des siècles que les foyers ou les poêles fournissent une bonne chaleur dans nos chaumières. On aimerait recréer cette atmosphère dans une maison passive, mais la production de chaleur est-elle néfaste pour le confort ? Un foyer a-t-il sa place dans une maison passive ? Il semblerait que « oui », à condition de tenir compte de certains facteurs.

Découvrez les conseils de nos experts

Stuv 16 - cube
Stuv 16 - cube
© Stûv
Grâce à une chambre de combustion plus petite, les poêles modernes affichent une capacité nominale plus faible.  Ils conviennent donc parfaitement pour les maisons basse énergie.
Une maison passive requiert, en termes de chaleur annuelle, quelque 15kWh/m². Même les foyers adaptés à faible capacité – allant de 4 à 6 kW – pour les maisons basse énergie, fournissent encore trop d’énergie pour les maisons passives. A moins que… vous n'utilisiez  la chaleur produite pour l’eau chaude sanitaire. Ceci permet non seulement d’augmenter le confort d’habitat, mais rend l’amortissement d’un foyer ou d’un poêle tout à fait réaliste dans une maison passive.

Points importants

  • Veillez à un bon dimensionnement, la capacité nominale oscillera de préférence entre 2 et 4kW pour éviter toute surchauffe 
  • Optez pour un appareil avec échangeur de chaleur. Ainsi la chaleur excédentaire pourra être utilisée pour la production d’eau chaude sanitaire 
  • L’eau ainsi chauffée peut être stockée dans un ballon tampon ou être utilisée immédiatement pour le chauffage
  • Utilisez un foyer ou un poêle alimenté séparément et à 100% en air ambiant. En effet, le fait de prélever de l’air pour la combustion dans l’air ambiant peut dérégler le système de ventilation mécanique. Il faut donc prévoir une amenée d’air directement branchée sur l’extérieur 
  • Isolez parfaitement le canal de fumée ainsi que le canal d’amenée d’air
  • Limitez l’effet de pont thermique aux endroits où les canaux percent la membrane du bâtiment

Le MicroMega de Stûv est un foyer à faible capacité, idéal pour les maisons basse énergie.
Stûv µM
Micro Mega
© Stûv

Une bonne étanchéité à l’air

A l’instar de la membrane du bâtiment, le foyer ou le poêle doit aussi être parfaitement étanche à l’air. Ce qui assure non seulement une bonne combustion à l’intérieur de l’appareil mais contribue aussi à l’étanchéité à l’air globale de l’habitation et évite toute sous-pression (sinon les gaz de fumées seraient aspirés à l’intérieur de la maison).

Un foyer pour le chauffage central consomme la chaleur excédentaire pour produire de l’eau chaude, garantissant un agréable confort dans l’habitation.
DDG
Le poêle DDG
© DDG

Le combustible

  • D’un point de vue technique, vous avez toute liberté quant au choix du combustible
  • L’offre en matière de foyers au bois ou au gaz est vaste. Il existe des modèles qui fonctionnent à l’électricité ou au mazout 
  • Quand l’écologie s’en mêle, le bois ou les pellets l’emportent. Le bois n’émet pas de CO² et se trouve en vastes quantités dans nos régions 
  • Pour ce qui est de l’amortissement de l’appareil, le bois s’avère être la meilleure option. Dans le tableau ci-dessous, Stûv a calculé le prix coûtant pour la production d’1kWh de chaleur avec différents combustibles

Tableau: prix coûtant pour produire 1kWh

 

 Combustible Prix (en eurocents)
 Electricité 20
 Mazout 12
 Gaz naturel 8.4
Pellets  4.8
Bois 4

Pour le calcul, nous nous sommes basés sur le prix de l’énergie de juin 2012. Pour le bois, nous avons considéré un prix coûtant de 70 euro pour un stère.

Un foyer peut fonctionner comme élément de chauffage principal, à condition qu’il utilise la chaleur excédentaire et qu’il soit complété par un autre élément de production d’eau chaude.© Stûv

Micro Mega
© Stûv

Le foyer en tant que chauffage principal

  • La possibilité d’exploiter la chaleur excédentaire d’une autre manière, fait que le foyer peut être un candidat valable pour fonctionner en tant que chauffage principal dans une maison basse énergie ou une maison passive.
  • Un système de chauffage central ne doit fonctionner que quelques mois par an pour amener une maison super-isolée à une température de confort. Ce sont ces mois qui tombent aussi dans la saison « des poêles »
  • Si le poêle est équipé d’un échangeur de chaleur, il peut parfaitement répondre aux besoins en chaleur pendant les mois d’hiver et à l’entre-saison 
  • Quant à l’eau chaude sanitaire, elle sera fournie par un chauffe-eau solaire ou un chauffe-eau à pompe à chaleur. Ils sont très efficaces lors des périodes où vous n’utilisez pas le poêle. Ces systèmes vont donc aisément de pair avec un poêle qui tient le rôle principal et se veulent une solution hybride pour toute votre installation de chauffage
  • Dans de nombreux cas, les solutions hybrides avec poêle ou foyer en rôle principal s’avèreront moins onéreux qu’un chauffage central 
  • Petite remarque en passant: en théorie, ces solutions semblent être la meilleure alternative à une chaudière de chauffage central. Le problème, c’est qu’en Belgique on a très peu d’expérience en la matière et que la réglementation PEB n’est pas toujours très favorable à ce type de solutions. 

Auteur : Tim Vanhove - octobre 2012

Plus d’info ?