Chauffage
Ventilation
Refroidissement

Les étés plus chauds constituent une menace pour tout climat intérieur sain

Mesures à prendre pour prévenir la surchauffe de votre logement.

À l’heure actuelle, il est beaucoup facile de chauffer un logement en hiver que de le rafraîchir en été. L’IRM estime que la probabilité est élevée de subir, dans les années à venir, des étés encore plus chauds que l’année dernière. Les températures record enregistrées au printemps semblent annoncer une telle évolution. Nul n’ignore l’inconfort intérieur, voire la nocivité potentielle, qui caractérise ces épisodes caniculaires. Les installateurs sont de plus en plus souvent sollicités pour remédier à la dégradation du climat intérieur qui règne dans le séjour et les chambres à coucher pendant cette période estivale quasi tropicale.

Absence de solutions simples

Qu’il fasse plus chaud la nuit à l’intérieur qu’à l’extérieur d’un logement, au terme d’une ardente journée d’été, n’a rien d’inconcevable. Chacun sait que l’homme éprouve quelque difficulté à trouver le sommeil à partir de 24 °C. La demande de rafraîchissement et en particulier de climatisation se traduit par une consommation sensiblement accrue d’électricité, laquelle contribue à amplifier l’effet de serre. Il faut se garder de sous-estimer l’importance d’une surchauffe dont le traitement réclame des solutions plus fondamentales. Et les plus neutres qui soient sur le plan climatique.

Installateurs à la manœuvre

Confrontés à cette problématique, les architectes, entrepreneurs, habitants et/ou propriétaires ainsi que les sociétés de logements ne manqueront pas de frapper à la porte des installateurs, avant l’adoption dans la foulée de textes législatifs et réglementaires et leur application par les pouvoirs publics. Dans le cas idéal, les parties prenantes se seront penchés sur la limitation de la surchauffe, dès la conception et la réalisation du logement concerné. Songez à l’orientation du logement par rapport au soleil, à la plantation d’arbres, à la construction d’auvents en surplomb et à celle de dispositifs de protection solaire (structurels, naturels ou à lames), à la réduction des surfaces vitrées en façade ou à l’installation d’un système de ventilation nocturne (structurel). Par conséquent, il est capital de procéder, dès la phase de conception d’immeubles neufs et de projets de rénovation de grande envergure, à des estimations réalistes du climat intérieur attendu en été qui reposent sur l’application de normes et méthodes de calcul généralement acceptées.

Trois approches régulièrement appliquées méritent d’être étudiées.

1. L’ouverture des fenêtres est souvent d’une efficacité contestable

La méthode la plus ancienne et la plus connue pour assurer la ventilation nocturne d’un logement consiste à en ouvrir certaines fenêtres. Mais en l’absence du moindre souffle de vent, l’ouverture de fenêtres, fussent-elles diamétralement opposées ne permet d’assurer aucune ventilation. En effet, un écoulement d’air est indispensable. De même, aérer un logement le matin en ouvrant brièvement les fenêtres ne suffit pas à évacuer, à une vitesse satisfaisante, les grandes quantités de CO 2 accumulées la nuit. Et que faire si la température qui règne à l’extérieur augment beaucoup plus rapidement qu’à l’intérieur ? Prolonger l’ouverture des fenêtres ne manquera pas d’avoir l’effet inverse. Sans parler de la pénétration des particules fines, des pollens et du bruit de la circulation, ni même des intrus indésirables. Il faut impérativement mettre en œuvre une autre méthode active de rafraîchissement et de renouvellement de l’air présent dans le logement.

2. Climatisation

Si elle permet de s’affranchir de nombreux inconvénients inhérents à l’ouverture de fenêtres, la climatisation en engendre d’autres qui affectent aussi bien chaque utilisateur pris individuellement que la société dans son ensemble. Cette alternative coûteuse et énergivore occasionne des émissions de CO 2 supplémentaires qui sont imputables à sa forte consommation d’énergie. Par ailleurs, une climatisation ne contribue à aucun renouvellement de l’air intérieur ; elle se contente d’en assurer la circulation. De plus, certains aspects sanitaires pèsent lourd. L’air sec devient rapidement une source d’inconfort caractérisé par une sécheresse oculaire ou cutanée et d’autres irritations. Les occupants s’enrhument plus facilement.

3. Ventilation équilibrée

Ce système de renouvellement de l’air se charge de l’amenée d’air frais extérieur et de son filtrage avant de porter cet air à la température et au taux d’humidité relative qui règnent dans le logement. L’air vicié sortant provient d’ordinaire de la cuisine, de la salle de bains et des toilettes. L’air frais entrant est généralement acheminé vers le séjour et les chambres à coucher. Le système se compose de deux ventilateurs, d’un certain nombre de conduits aérauliques et d’un échangeur thermique qui cède sa chaleur au flux d’air entrant pendant la saison froide. Durant un été chaud, le fonctionnement de l’échangeur thermique s’inverse : la fraîcheur relative de l’air intérieur est « cédée » à l’air extérieur entrant dont la température est plus élevée.

Ainsi, cet équipement permet de maintenir plus longtemps le logement à une température intérieure plus basse. Ce faisant, le système s’est mué en une unité de récupération du froid. La ventilation équilibrée constitue dès lors une méthode respectueuse du climat dont l’efficacité permet de préserver la viabilité et la salubrité du climat intérieur. Une telle ventilation permet de créer un climat intérieur sain et confortable dans toutes les pièces et de maintenir une température ambiante agréable en faisant raisonnablement appel, le cas échéant, à une installation de climatisation et/ou de chauffage central. En outre, l’installation de filtres à air permet d’absorber les particules nocives.

Présentation de Zehnder

Représentée dans une vingtaine de pays, la marque Zehnder assure la fourniture internationale de produits et systèmes dans les domaines suivants : chauffage, climatisation, réfrigération, ventilation et filtrage. Ces produits et systèmes contribuent à créer un cadre de vie et un environnement de travail sains, confortables et économes en énergie que l’on qualifie également de climat intérieur sain. Nous nous sommes donnés pour mission d’améliorer la qualité de vie des habitants en leur proposant d’excellentes solutions de gestion du climat intérieur. Le thème de la « santé » occupe une place prépondérante. Il pèse non seulement dans la création de radiateurs au design esthétique et le développement de solutions de ventilation exceptionnelles, mais aussi sur le plan de la stimulation des personnes et de la contribution à leur santé en général.

Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.