Maçonnerie classique, à joints fins ou encollage ?

Modifié par Vinciane Pinte le 31/01/2013

Maçonnerie classique, à joints fins ou encollage? Si vous optez pour une façade en briques, vous pouvez choisir comment vous posez ces briques. La maçonnerie traditionnelle propose un joint de +/- 12 mm de large. Vous préférez un joint plus mince ou pas de joint du tout ? Vous avez alors deux options : maçonner avec un mortier à joints fins ou l'encollage. Voyons les avantages et les inconvénients de la maçonnerie classique, la maçonnerie à joints fins et l’encollage.

Découvrez les conseils de nos experts

© Vandersanden steenfabrieken

La maçonnerie classique

C’est quoi au juste, maçonner ? Maçonner consiste à assembler des briques à l’aide d’un mortier.

La maçonnerie traditionnelle se compose de 75% de briques et de 25% de joints, du moins si l’on utilise les briques classiques de format module 50 pour la maçonnerie. Cette brique mesure généralement 188x88x48mm et est maçonnée avec un joint de 12 mm de large. Ce qui signifie que les joints sont déterminants dans l’aspect d’un mur en maçonnerie classique.

Quelles sont les briques/matériaux que l’on peut maçonner ?

En principe, on peut maçonner toutes les pierres de façade : briques ou autres blocs de construction.  
 

A quoi faut-il faire attention en maçonnant ?

  • Le mortier que le maçon utilise doit avoir la bonne composition
  • Les couches de maçonnerie doivent se trouver parfaitement en alignement avec le niveau d’eau et les joints doivent avoir partout la même largeur
  • Maçonner quand il gèle ou à des températures dépassant les 30° est déconseillé. Les températures extrêmes ont une mauvaise influence sur la prise du mortier
  • Le maçon doit garder le mortier humide quand il fait chaud
  • La maçonnerie fraîche doit être protégée par temps de pluie (afin d’éviter que la pluie ne fasse couler le mortier)

Avantages et inconvénients de la maçonnerie

  • Dans nos régions, la maçonnerie est une méthode de construction très répandue, que la plupart des professionnels du bâtiment connaissent sur le bout des doigts
  • La maçonnerie traditionnelle ne doit pas nécessairement être monotone. Il existe au moins 10 types de maçonnerie ‘traditionnels’. En choisissant un appareil en croix ou en piles, la façade de la maison aura une toute autre allure que la même façade en appareillage en panneresses (appareil en demi-brique, le plus couramment rencontré en maçonnerie).
Saint Gobain Weber
© Saint-Gobain Weber Belgium

Mortier à joints fins ou maçonner à joints fins

Qu’est-ce que le mortier à joints fins ? Maçonner avec du mortier à joints fins consiste à maçonner un joint fin avec du mortier prévu à cet effet, un mortier spécial qui adhère mieux que le mortier classique. Le mortier pour joints fins est appliqué par le maçon à l’aide d’une truelle plus petite que celle qu’il utilise habituellement en maçonnerie traditionnelle. Les joints auront 4 à 7 mm de largeur.

Avec quels types de briques/matériaux peut-on pratiquer des joints fins ?

On peut utiliser le joint fin pour toutes les briques de façade, à condition d’utiliser le bon mortier. Le mortier doit être adapté au degré de succion d’eau de la brique utilisée. La fiche technique de chaque type de brique ainsi que la fiche de chaque type de mortier indiquent quel type de mortier il faut utiliser avec quel type de brique.

A quoi faut-il faire attention en utilisant des joints fins ?

Autrefois, on ne pouvait pas réaliser des joints fins avec un mortier ordinaire. En améliorant la qualité de la plupart des mortiers, c’est aujourd’hui possible. Il faut demander dans les commerces professionnels si le fournisseur des briques recommande effectivement un certain type de mortier pour chaque type de brique.

Il existe aussi des mortiers spécialement conçus pour les joints fins

  • Les mortiers pour joints fins se déclinent en plusieurs coloris, que l’on peut éventuellement adapter à la couleur de la brique
  • Comparé à la maçonnerie traditionnelle, il ne faut que la moitié en quantité de mortier pour réaliser des joints fins

Avantages et inconvénients des joints fins

Aspect: un mur massif dans lequel les joints disparaissent à l’arrière plan. Les briques bénéficient donc de toute l’attention
encollage
© Wienerberger

L’encollage

Encoller les briques signifie que le maçon empile les briques en appliquant une fine couche de mortier colle. Ce mortier colle détermine l’adhérence entre les briques encollées. Pour appliquer le mortier colle, le maçon utilise un pistolet d’injection spécial (pistolet à colle ou poche à douille).
 

Quels sont les briques/matériaux que l’on peut encoller ?

Toutes les briques de parement de façade, à condition d’utiliser le bon mortier colle, adapté au degré de succion d’eau de la brique utilisée. Consultez la fiche technique de la brique en question pour savoir quel mortier colle vous devez choisir. Certains blocs de construction – comme le béton cellulaire, la pierre calcaire, les blocs céramiques – peuvent aussi être encollés. 

A quoi faut-il faire attention en encollant ?

  • Installer la première couche demande du temps et de la précision. L’homme de métier doit donc y accorder toute son attention
  • Veillez à ce que l’entrepreneur utilise le bon mortier colle. Les mortiers ordinaires ne conviennent pas
  • On ne peut encoller les briques à la truelle – le mortier colle y reste collé. On encolle à l’aide d’une pompe à injection ou d’une poche à douille
  • Le mortier colle doit être appliqué en tirant vers soi

Avantages de l’encollage

  • Aspect : les murs encollés donnent l’impression d’être constitués de briques empilées, sans plus. On ne voit pas les joints, de telle sorte que c’est la brique qui attire toute l’attention
  • Les murs encollés présentent une belle force mécanique – le mortier-colle contient des résines, de telle sorte que le mortier adhère encore mieux
  • Les murs encollés en brique affichent une couleur plus intense que la même brique maçonnée et rejointoyée
  • Encoller les briques convient particulièrement pour une architecture moderne, tout en sobriété et en lignes épurées
  • L’encollage est plus rapide que la maçonnerie ordinaire ou la maçonnerie à joints fins
  • L’encollage réduit la quantité de déchets (pas de résidus de mortier)
  • Nul besoin de rejointoyer quand on colle les briques
  • Les mortiers colle présentent une plus grande résistance à la pression que le mortier ordinaire, de telle sorte que les briques adhèrent (encore) mieux

Inconvénients de l'encollage

  • La mise en œuvre de la première couche à encoller prend énormément de temps et doit être effectuée avec la plus grande précision
  • Le mortier colle coûte plus cher que le mortier ordinaire
  • Il faut plus de briques (car il n’y a pas de joints)
  • On ne peut pas éliminer les joints en les grattant, car le mortier colle sèche vite. Mais si le maçon fait convenablement son travail, il ne faut rien gratter. Les murs encollés ne doivent pas être rejointoyés
Saint Gobain Weber
© Saint-Gobain Weber Belgium

La maçonnerie à plein-bain

La maçonnerie à plein-bain est une technique de maçonnerie peu répandue chez nous. Si le maçon met en œuvre une maçonnerie à plein-bain, c’est qu’il utilise plus de mortier que pour la méthode traditionnelle.
 
Le but est que le maçon remplisse complètement le joint vertical ainsi que le joint horizontal lorsqu’il maçonne les briques. Les joints sont tellement saturés qu’il ne faut plus rejointoyer par après.
 
Le maçon prend beaucoup plus de mortier sur sa truelle et fait déborder le mortier lorsqu’il appuie sur les briques. Après remplissage des joints au mortier, le maçon « rase » les « barbes ». En d’autres termes, il élimine le mortier excédentaire.  Ensuite, il passe un rouleau à joints s’il souhaite par exemple des joints en retrait.
 

Avantages de la maçonnerie à plein-bain

  • Grâce à cette méthode, les joints donnent une impression plus massive
  • Les joints sont plus solides, car le mortier est le même que celui appliqué entre les briques
  • Si le mortier utilisé contient du trass*, le risque d’efflorescences de calcaire dans le mortier est considérablement réduit
  • Il ne faut plus de rejointoiement puisque la maçonnerie et le rejointoiement sont réalisés en un seul mouvement
  • Le mortier est disponible en diverses couleurs, de telle sorte que le mortier s’harmonise avec la brique
  • Temps de travail plus court. La technique à plein-bain est dès lors utilisée en Belgique dans le cas de projets de construction de grande envergure. Dans les autres pays, la technique est nettement plus répandue.
*Le Trass est un matériau purement naturel constitué de pierre d'origine volcanique finement broyée. Il est composé de silice, de différents minéraux et de composés hydriques.

Inconvénient de la maçonnerie à plein-bain

  • Grâce à cette technique, les joints sont mis en évidence. On apprécie ou non, mais cela signifie aussi que les briques, choisies avec soin, ne seront plus mises à l’honneur. 
  • Le jointoiement est effectué en montant
  • Le jointoiement en montant est une technique de maçonnerie courante dans le secteur de la construction particulière en Belgique. Dans ce cas, c’est le maçon qui fait les joints pendant ou après la maçonnerie du mur (en fonction du temps de séchage du mortier).
 
Auteur : Gretel Kerkhofs – janvier 2013

Brochures pour les travaux de construction

Plus d’info ?