Les matériaux d'isolation à base de déchets

Modifié par Kelly Cuypers le 20/08/2013

Celllulose
Cellulose
© Isoproc
Cellulose
© Isoproc
Installation
© Isolatie Metisse
Construction
© Technopor

Dans la série consacrée aux matériaux isolants, nous en sommes à la deuxième partie. Nous la subdivisons selon l’origine des matériaux. Il existe des matériaux isolants à base de dérivés du pétrole, de matériaux pierreux, de déchets et de matières premières renouvelables. Nous allons faire le point sur les isolations réalisables à base de déchets. Ces matériaux recyclent des produits pour leur donner une deuxième ou une troisième vie.


Les flocons de papier ou cellulose

Les déchets les plus connus et les plus couramment utilisés sont les flocons de papier que l’on appelle aussi cellulose.

Les flocons de papier sont fabriqués avec du papier recyclé. Le papier est ‘lavé’ pour en éliminer le plus possible d’encre et il est ensuite déchiqueté. Sur le marché, la cellulose se présente sous deux formes. Les plaques de cellulose sont liées avec de la lignine et de la résine, qui provient de la production. La seconde version, ce sont des flocons en vrac. On ajoute du borax et des sels boriques pour rendre le matériau isolant résistant au feu et aux moisissures.

Les flocons de cellulose sont injectés sous pression dans les compartiments à isoler. Le placeur agréé est à même de déterminer exactement à quel moment les creux sont remplis en fonction de la quantité injectée et de la pression utilisée. La densité comporte environ 50 kg/m³ et en tant que client, vous avez la certitude que cette isolation ne bougera plus. Utiliser des flocons est une manière bon marché d’isoler des grands compartiments, en outre, on est sûr d’isoler ainsi le moindre creux, même si ces compartiments présentent des formes biscornues.

De surcroît, la cellulose présente encore d’autres caractéristiques. De par sa plus grande masse, on obtient une bonne isolation phonique et une meilleure capacité de stockage de la chaleur. Comme décrit dans le deuxième chapitre, le confort en été augmente par rapport à l’isolation traditionnelle de la toiture et on a moins de surchauffe dans les combles. Pour terminer, la cellulose est perméable à la vapeur et hygrorégulatrice. La cellulose peut absorber jusqu’à 20% de sa masse sans que sa capacité isolante en soit compromise.


Les isolants textiles (coton)

Les vêtements usagés sont une seconde source de déchets dont on peut faire un isolant. Une première possibilité revient à bourrer les creux avec des pièces de vêtement, mais là on a moins de garantie quant à la densité et à une isolation continue.
On peut aussi trier les vêtements et isoler les parties en coton après avoir retiré les boutons, les tirettes et autres accessoires. Les fibres textiles sont alors mélangées à des fibres liantes et chauffées, ensuite le produit fini est rendu transportable sous forme de rouleaux et de plaques.

Ces matelas isolants et souples peuvent remplacer les matelas traditionnels. Ils présentent de plus des performances acoustiques supérieures et assurent le confort en été ; le coton est hygrorégulateur et peut absorber jusqu’à 25% de sa masse sans que ses capacités isolantes ne soient compromises.

Les flocons peuvent être mise en œuvre en vrac pour être injectés dans les faux plafonds.


Le bois

Bon nombre de déchets provenant du bois sont transformés en isolants à base de fibres de bois. Dans le chapitre précédent, nous avons traité ce sujet en détail.


Le verre soufflé

Enfin, le verre recyclé peut aussi être transformé en matériau isolant. Traditionnellement, on le retrouve sous forme de laine de verre (70% de déchets de verre) et de verre-mousse (50% de déchets de verre). Nous allons parler de ces matériaux isolants dans le chapitre suivant, à l’exception des granulés de verre soufflés qui se composent de 100% de verre recyclé.

Après un tri, le verre est moulu en fragments de 1 cm de grosseur. Cette farine de verre est ensuite mise dans un four de 900°, avec des activateurs minéraux qui induisent la formation de mousse et de frittage. Le refroidissement rapide produit alors des morceaux de 3 à 4 cm de grosseur. Ce sont ces fragments qui seront utilisés comme des pierres concassées. La principale application visée est sous les dalles de sol parce que ce matériau résiste aux plus fortes pressions, ne pourrit pas, ni se rétracte pas, possède une fonction drainante, est léger et en fin de compte, isole aussi.


Source: Dämmstoffe, Detail Praxis, sites de plusieurs fournisseurs, Vibe


Auteur: Bruno Deraedt - IADB – Ingénieurs & Architectes pour la construction durable – novembre 2011
 

Découvrez les conseils de nos experts

Brochures pour isolation

Plus d’info ?