La recirculation – systèmes D moins chers mais conformes à la PEB

Modifié le 1/01/1900

Systeem D
© Habitos.be
grille de sortie d air
© Ventilair
Ventilair
© Ventilair

Déséquilibre

Dans le cas d’un système D, le débit d’air introduit dans une maison moyenne est nettement plus important que le débit d’air évacué. C’est logique si l’on songe qu’il y a plus de superficie au sol au niveau des chambres à coucher, du séjour et du bureau (les pièces sèches) qu’au niveau de la cuisine, de la salle de bains et de la toilette (les pièces humides).

En conséquence, il est plus difficile de dimensionner un système D qu’un système C. De plus, un système D doit toujours être équilibré pour fonctionner correctement. On peut le tester à l’aide du formulaire de calcul sur l’URL= http://www.ideg.info/index.cfm?n01=ventilatie_matrix&n02=vent6] rekenblad[/URL] du lien[URL= http://www.ideg.info/media/docs/upload/Ventilatiegids%20woningen%2007b.pdf]ventilatiegids[/URL].


Un plus grand nombre d’extracteurs

Une méthode toute simple pour rééquilibrer le système consiste à extraire plus d’air des pièces humides. Par exemple, au lieu de prélever 75m³/h dans une cuisine ouverte, il faudrait évacuer 100 m³/h, voire plus, pour atteindre un bon équilibre. Ajouter un extracteur dans un dressing ou un espace rangement est une autre option. Cependant, cette méthode relativement simple requiert une grande installation et consomme plus d’énergie.


Commande en fonction de l’occupation

L’alternative consiste à commander le débit d’amenée d’air en fonction de la présence des personnes. Par exemple, dans les chambres à coucher, en pleine journée, on peut diminuer le débit d’amenée d’air. Et la nuit, on procède de même pour le séjour.

A première vue, cette solution peut sembler fort intéressante mais elle présente cependant 2 inconvénients majeurs. Tout d’abord, l’installation reste toujours aussi encombrante (ce qui est interdit par le règlement PEB) et en deuxième lieu, l’installation se veut un peu plus complexe.


Recirculation

En réutilisant l’air, on peut réduire le volume de l’installation. On peut compenser le débit d’amenée d’air vers le séjour en réutilisant l’air des chambres à coucher, de la salle de jeu, du corridor, de la cage d’escalier et du hall.

Un point important à cet égard, c’est que l’on présuppose qu’il existe une recirculation d’air mécanique. En d’autres termes, il faut poser un (petit) ventilateur entre les chambres à coucher, la salle de jeux, le corridor, la cage d’escalier, le hall et le séjour. Le règlement PEB est très clair en la matière. Il faut absolument une recirculation mécanique. La norme NBN 50-001 (reprise en grande partie dans les exigences en matière de PEB) n’était, quant à elle, pas très explicite.

Le gros avantage est donc que l’on économise de l’énergie et que l’on peut réduire le volume de l’installation.


En pratique alors?

Réduire le volume du système D est donc parfaitement plausible, à condition d’installer un ventilateur de recirculation. Mais si vous courrez au magasin pour acheter un ventilateur de ce type, on risque de vous tromper sur la marchandise.

Vous remarquerez que tous les installateurs ne recourent pas à ce système pour réduire les systèmes volumineux. En effet, il faut accorder une attention particulière au dimensionnement et résoudre quelques problèmes techniques.

La première chose à prendre en considération, c’est le type d’appareil que vous comptez utiliser. Utiliser le ventilateur d’un système C est une solution que certains installateurs proposent. Ces ventilateurs sont déjà ordinairement utilisés à faible capacité (soit 100m³/h ou plus). L’avantage est que ces appareils sont quasi silencieux quand on les ajoute à l’installation et ils consomment peu d’énergie. Certains installateurs vont utiliser ce ventilateur de recirculation à l’aide de la même commande que les systèmes D. On peut facilement recirculer jusqu’à 250m³/h.

Une alternative consiste à utiliser un ventilateur tube. Les plus petites versions de ces appareils sont actuellement équipées d’un moteur EC/DC de telle sorte qu’elles n’ont pas un impact négatif sur la valeur E. Le ventilateur tube peut être encastré dans le mur entre la cage d’escalier et le séjour.


On serait tenté de tricher un peu aussi…

La norme NBN D50-001 ne stipule nulle part qu’un ventilateur de recirculation doit tourner en continu. La directive PEB (ou son annexe) non plus. Il faut cependant pouvoir démontrer que le ventilateur de recirculation peut fournir la capacité exigée dans le calcul de la PEB.

Donc, si on voulait tricher un peu, on pourrait dire qu’il suffit d’installer l’appareil, mais de ne jamais le faire fonctionner (sauf en cas de contrôle). En premier lieu, ce serait dommage de gaspiller l’investissement consenti (n’oubliez pas que vous devez aussi installer une grille ou un clapet sur le ventilateur). En deuxième lieu ; votre système de ventilation équilibré fonctionnera autrement que prévu dans ce cas. Dans la pratique, vous n’économiser que peu d’énergie en éteignant le ventilateur de recirculation. N’hésitez donc pas à laisser tourner votre ventilateur de recirculation EC/DC économique.


En euros

C’est bien joli tout ça, mais il faut aussi voir le côté financier. Un ventilateur de recirculation à grilles ou clapets (et éventuellement quelques mètres de buses) peut monter à quelque 250 voire 550 euro. Quand on compare avec un système de ventilation de 300m³/h et un système de ventilation de 400m³/h qui coûtent le double, la recirculation s’impose tout naturellement.

 

Auteur: Andy Camps – Luchtwinkel.be – mai 2011

Lisez aussi: Systèmes de ventilation

Découvrez les conseils de nos experts

Brochures pour ventilation

Plus d’info ?