Comment combattre l'humidité ?

Modifié par Vinciane Pinte le 11/02/2014

Lorsqu'il y a de l'humidité dans les murs, la maison n'est pas saine, se dégrade et perd de sa valeur, sans parler des impacts négatifs sur la santé des habitants. Il est donc impératif de combattre l'humidité au plus vite. Avant de débuter les travaux, il faut détecter d’où elle provient. Mauvaise étanchéité ? Fuite ? Condensation ? Plusieurs causes sont possibles.

Lire aussi : 

En cas de fuite

Si le compteur d’eau tourne alors que toutes les arrivées d’eau sont coupées pendant la nuit, vous êtes face à une fuite de canalisation. Si celle-ci est encastrée ou dans un coffrage, le traitement de l’humidité est simple. Trouvez la fuite, et réparez-la. Ventilez fortement pour accélérer le séchage des matériaux. Ajoutez si nécessaire des absorbeurs d’humidité.

Si la fuite se trouve dans un mur, cela implique une saignée (enlèvement du plafonnage ou du papier peint). Si elle se trouve dans le sol, vous risquez de vilaines ouvertures dans le parquet ou le carrelage. C'est encore réparable si l'on dispose de carreaux de réserve, mais dans le cas contraire ? Vous devez faire appel à des professionnels qui disposent du matériel adapté pour détecter précisément l’endroit de la fuite sans tout casser.
condensation
© Habitos.be

Humidité de condensation : aérez et ventilez !

  • A quoi reconnaît-on la présence de condensation ? Des gouttes d'eau et de la vapeur sur les murs et/ou les vitrages, des moisissures et une odeur de moisi, ...

  • Le traitement de l’humidité de condensation est le plus simple : même en plein hiver, il est essentiel d'aérer quotidiennement le logement en ouvrant grand les fenêtres pendant 5 à 10 minutes par jour. Ce geste simple permet d’évacuer l’humidité et d’avoir une maison saine.

  • Ouvrez la fenêtre ou la ventilation après la douche, le repassage et laissez la hotte allumée quelques temps après avoir cuisiné, etc.

  • Contrôler le bon fonctionnement de votre VMC (ventilation mécanique contrôlée).

  • Ne bouchez pas les aérations. Nettoyez-les régulièrement.

/
© Low Energy Housing Retrofit

A cause d'une infiltration d’eau

  • En cas d’infiltration d’eau, vérifiez en premier lieu l’état de la toiture. Assurez-vous qu’elle n’est pas recouverte de mousses qui retiennent l’eau ou que des tuiles ne sont pas cassées/manquantes
  • Inspectez les gouttières (ne sont-elles pas obstruées ?), les joints des portes et fenêtres, les murs extérieurs
  • Si nécessaire, rétablissez l’étanchéité de ces éléments (mastic spécial gouttière ou bande d’étanchéité, mastic en silicone pour les joints des portes/fenêtres qui ne sont plus efficaces, nettoyage des murs extérieurs et joint hydrofuge dans les fissures, etc.).
  • Sur les murs extérieurs fort exposés à la pluie, posez une couche hydrofuge (hydrofugation).

Dry plan
© Habitos

Humidité ascensionnelle

L’humidité ascensionnelle (liée aux remontées capillaires) est typique des maisons anciennes ou des habitations nouvelles dont l’étanchéité des fondations a été mal réalisée : le sous-sol humide est en contact direct avec le mur qui en absorbe l’humidité comme une éponge. Autre cause possible : une grande différence de niveau entre le sol extérieur et le sol intérieur, et une barrière d’étanchéité verticale entre les deux défectueuse. C’est l’humidité la plus difficile à traiter. Il faut créer un barrage étanche sous la maison. Comment ? En perçant des trous tous les 10 cm dans les fondations de la maison et en y introduisant une résine hydrofuge qui va faire barrage contre l’humidité. Il faut parfois attendre un an pour que ce traitement porte ses fruits et le plus souvent faire appel à des professionnels.
-
Un exemple de pont thermique dans la construction du toit.
© Architect Christophe Debrabander

A cause des ponts thermiques

  • Les ponts thermiques sont des défauts dans la conception et/ou dans la réalisation de l'enveloppe isolante. Ils sont responsables de nombreux désagréments : condensations localisées, qui peuvent être à l’origine du développement de champignons, d’inconfort, de surconsommation de chauffage, etc.
  • Le risque de condensation à l’endroit d’un pont thermique est dû à la combinaison de deux facteurs : une température de surface de la paroi trop basse et une humidité absolue de l'air intérieur trop élevée.

    Que faire ?

  • En construction neuve, garantir une continuité de l‘isolation afin de supprimer les risques de condensation. Concrètement, cela passe, entre autres, par une conception et une mise en œuvre correcte des détails d’isolation, des menuiseries, etc.
  • En rénovation de bâtiments pas ou peu isolés ou présentant localement des ponts thermiques, cela implique idéalement le choix d’une isolation par l’extérieur, qui permet de supprimer les ponts thermiques à l’endroit des planchers et des murs de refend.
cheminée
© Habitos.be

Humidité de cheminée

Les cheminées sont elles aussi sensibles à l’humidité. La condensation se produit lors l’évacuation des fumées aux endroits où les gaz refroidissent trop vite ou entrent en contact avec une surface dont la température est trop basse (moins de 55°C).  Résultat: la cheminée devient humide ou des zones d’humidité apparaissent. La plupart du temps, l'origine est à chercher dans un défaut d’isolation ou un tirage insuffisant. Dans de nombreux cas, il suffit de faire poser un tubage dans la cheminée. En ajoutant un rembourrage, on améliore l’isolation et la cheminée arrive plus vite à température.
Auteur : Vinciane Pinte