Après l'isolation de la façade : quel look choisir ?

Modifié par Vinciane Pinte le 20/05/2014

La manière la plus simple d’isoler une façade existante consiste à appliquer un matériau isolant sur la totalité des murs extérieurs, puis de les recouvrir d’un matériau décoratif. En effectuant ces travaux, vous faites coup double : (re)looking de la maison et réduction de votre facture de chauffage.

Découvrez les conseils de nos experts

Isover
© Isover
Isoler une maison par l’extérieur, c’est lui conférer une carapace protectrice que l’on appelle « mur manteau ».  Cela permet d’améliorer les performances énergétiques du bâti, d’accroître le confort acoustique et d’embellir la façade.  

Comment procède-t-on ? Après une couche d’isolant (polystyrène, laine de roche ou fibre de bois), on superpose une couche décorative. Enduit ou bardage, c’est une question de goût  et parfois aussi, de réglementation communale (voir notre article « permis de bâtir ou pas ? »). Il est par ailleurs tout à fait possible de mélanger les genres (bardage bois au rez-de-chaussée et enduit à l’étage, ou bardage sur un seul mur et enduit sur les autres).

L'enduit 

Enduit
Enduit de façade.
© Habitos.be
Enduit
Enduit de façade et bardage bois.
© Habitos.be

La technique consiste à appliquer un enduit sur un isolant en polystyrène expansé. L’enduit de façade (ou crépi) assure la protection mécanique, l’étanchéité et le parement de la façade.
L’enduit peut être hydraulique (alliage de ciment et de chaux) ou organique (plus économique, à base de résines synthétiques, solution idéale pour une façade lisse et uniforme). Les fabricants proposent une très large variété de couleurs.


L’enduisage doit être réalisé par des professionnels pour obtenir un travail soigné et durable. Comptez de 40 à 60€ HTVA/m² posé pour un enduit (hydraulique ou organique) et de 80 à 100 € /m² pour l’isolation extérieure et l’enduisage.


Au niveau de la texture, le choix va du crépi grossier, à des surfaces lisses, en passant par toute une série de nuances en fonction du mode d’application :

  • Projeté : Mode standard, le meilleur marché, consiste à projeter l’enduit à l’aide d’un compresseur. Surface rugueuse.         
  • Ecrasé : L’enduit est projeté puis écrasé, effet moiré.        
  • Gratté : L’enduit est projeté et le surplus gratté. Très esthétique
  • Taloché : Surface obtenue la plus lisse.  
Attention, le mode d’application aura une influence sur la couleur. Faites donc toujours le choix du coloris après le choix du mode d’application.

Le bardage

Le bardage est un revêtement extérieur fixé sur une ossature isolante. Il peut être en bois, en composite, en PVC, en acier, ardoises, pierre, terre cuite, tuiles, …
 
Chaque matériau a ses particularités en termes de performance, d’aspect, de pose, d’entretien, de prix … Prenez le temps de déterminer vos critères esthétique, économique (en calculant le coût au m² du matériau, le montage, l’entretien), technique (résistance thermique, quelle durabilité, facilité de réparation) et environnemental (conditions climatiques, exposition et orientation du bâtiment, …).
 
archenterre
Bardeaux de bois (mélèze).
© Habitos.be

Le bois

Le bardage bois, très apprécié pour ses qualités esthétiques, est de loin le plus répandu. On a le choix entre des bois massifs résistants, naturellement durables, sans finition (cèdre rouge, mélèze, châtaigner, chêne, bois exotiques, …) ou des bois traités (épicéa, pin Douglas, pin Sylvestre, peuplier), Les bois de bardage sont répartis en 5 classes. Plus le chiffre est petit, plus le bois est résistant (les bois de classe 1 conviennent donc mieux que les bois de classe 5). Les options esthétiques sont très nombreuses : planches ou panneaux, finition brute ou sophistiquée, placement horizontal, vertical ou oblique, fixations visibles ou pas, (…).
Très bon isolant, le bois devient gris avec le temps (sauf si vous optez pour un traitement annuel voire biannuel). Mais gardez à l’esprit que c’est un matériau vivant, qui par définition, se modifiera avec le temps. Plus d’infos ? www.woodforum.be
Isolation de la façade
Lames en bois composite.
© Habitos.be

Matériaux composite

Les revêtements composites (bois composite, ciment composite, stratifié compact) se multiplient sur le marché. Ils sont économiques, très résistants (intempéries, UV, etc.), durables, faciles d’entretien et présentent un très bon comportement au feu. De 80 à 150€/m².

Les briques en terre cuite

Des façades en briques
Des briques type Artisan Renaissance.
© SVK
En plus de leur cachet indéniable, les briques en terre cuite possèdent de grandes qualités : très résistantes (intempéries, gel, feu), elles se déclinent en une variété infinie et sont 100% écologiques. A partir de 90 €/m².
Revêtement de façade Twinson
Bardage extérieur en Twinson, revêtement de façade composé de bois et de PVC.
© Deceuninck

Le PVC

Ce matériau synthétique est un revêtement résistant, durable, imputrescible et sans entretien. Esthétique, il confère à la façade un style moderne et harmonieux. Lisse, granuleux ou veiné, il peut imiter l’apparence du bois. Inconvénients : sa fabrication, à base de pétrole, n’est pas écologique. Il est toxique en cas d’incendie car contient de chlorures. De 10 à 80€/m².

Le métal

Revêtement de façade en zinc
Revêtement de façade en zinc.
© Isofinish
Plus design et audacieux, le bardage métallique présente des qualités indéniables. Un bardage en panneaux-sandwich (composé d’une âme isolante, soit polyuréthane, ou laine de roche, collée au parement) est le plus performant et assure de très bonnes conditions thermiques et acoustiques pour des locaux aux contraintes spécifiques (chambre froide, …).  Confère un look industriel intéressant mais est assez onéreux. A partir de 80€/m².
corten
Revêtement en acier Corten.
© Habitos.be

L'acier Corten

L'acier Corten est un acier autopatiné, à corrosion superficielle forcée. Il offre une excellente résistance à la corrosion atmosphérique. Son aspect rouillé met en valeur son environnement. On l'apprécie pour son côté brut, industriel, qui rappelle le passé sidérurgique de certaines régions. De plus, sa couleur ocre donne de superbes colorations lorsqu'il est éclairé par le soleil couchant. Recyclable et durable, il ne demande aucun entretien et résiste aux graffitis.
ardoise artificielle
Une ardoise artificelle traitée résiste à la mousse.
© Cauwelier

L’ardoise et la pierre

Pierre naturelle schisteuse, l’ardoise est utilisée depuis des siècles pour ses qualités esthétiques et fonctionnelles (incombustible, imperméable et non poreuse, résistant au vent et au froid).  Inconvénient : elle est coûteuse (à partir de 100 €/m²), sa pose est longue et délicate. L’ardoise synthétique, constituée de fibres-ciment, a donc pris le relais (à partir de 65 €/m²). Quant au bardage en pierres naturelles (basalte, marbre, pierre reconstituée), il est réservé aux façades de standing.

Façade végétale

© Sempergreen Vertical Systems
On n’y pense pas encore assez, mais le mur végétal présente de nombreux avantages en termes thermiques et acoustiques. Mais pas seulement. Découvrez ici notre article sur les façades végétales.

Auteur
 : Vinciane Pinte – mai 2014

Brochures pour isolation

Plus d’info ?