Partenaires recommandés

logo Groupe Atlantic
Antargaz logo
Logo Remeha - Chauffage
Énergie

En Wallonie, l'investissement vert continue à séduire

Contrairement à la Flandre, la suppression de l’exonération fiscale au niveau fédéral n’a pas découragé les investissements verts. Au contraire. "Les gens commencent à se rendre compte de la rentabilité des investissements en panneaux solaires", constate Francis Ghigny, président de la CWAPE, le régulateur des marchés wallons de l’électricité et du gaz.
En Wallonie, le marché des panneaux solaires a connu une hausse exponentielle en 2011. D’après la CWAPE, 21.764 nouvelles installations de panneaux photovoltaïques ont vu le jour, contre 9.000 en 2010. Contrairement à la Flandre, où les installateurs ont constaté une baisse de 50% de leur carnet de commandes, le marché continue à croître. "À ce rythme, nous compterons 25.000 nouvelles installations cette année", poursuit Francis Ghigny.

Certes, la Wallonie avait du retard à rattraper. Mais le décalage n’explique que partiellement cette différence. Le système de compensation via la vente de certificats verts est concentré dans les dix ou quinze premières années qui suivent l’investissement. La valeur des certificats a augmenté, permettant ainsi de raccourcir la période d’amortissement. A long terme, la différence entre les deux régions tend à s’aplanir, vu qu’en Flandre, la valeur des certificats est garantie pendant 20 ans.

D’après Francis Ghigny, la baisse des prix a aussi joué un rôle clé. "Nous partions de près de 8.000 euros par kWP, et depuis, nous nous situons à 3.000 euros. Les gens constatent donc que, malgré la diminution de l’avantage fiscal et des primes régionales, les investissements dans l’énergie verte restent intéressants."

Hausse du prix de l’électricité

Autre élément important: le prix de l’électricité a fortement augmenté l’an dernier. La Belgique est un des rares pays d’Europe où le gouvernement autorise les citoyens à compenser, par leur production, tant les prix de l’énergie que les coûts de distribution et de réseau. Le "compteur qui tourne à l’envers" apporte un avantage de 0,22 cents par kWh. Ce n’est pas négligeable.

Jusqu’il y a peu, l’installation de panneaux solaires était plutôt réservée à la classe moyenne. Aujourd’hui, les titulaires de professions libérales sont nombreux à frapper à la porte des installateurs. Et même des personnes de milieux moins favorisés se tournent vers l’énergie verte. Un ménage avec quatre enfants qui tenter de faire des économies en éteignant les lumières voit peu de changements sur sa facture. Ces personnes n’hésitent plus à se renseigner. Et la possibilité de contracter un emprunt bancaire est aussi à mettre à l’actif du système de compensation par les certificats verts.

Certificats à vendre

Actuellement, si vous faites installer des panneaux photovoltaïques sur votre toit, vous pourrez financer votre investissement pendant dix ans via la vente de vos certificats verts. La première année, pour chaque MWh produit, vous recevez 10 certificats que vous pourrez revendre sur "le marché" au plus offrant. Dans la pratique, il s’agira d’un des fournisseurs d’énergie ou d’un gestionnaire de réseau qui sont tenus chaque année de fournir aux régulateurs un quota défini de certificats. Ce quota étant relativement peu élevé, les particuliers ne reçoivent en général que le minimum légal de 65 euros. Mais c’est suffisant pour amortir l’installation de panneaux en six ans.

Source: L'Echo

Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.

Souhaitez-vous lire cette brochure? Entrez votre adresse e-mail une fois