Les principes de base du jardin sur le toit

Modifié le 1/01/1900

© Groenbedrijf Van Vlierden
toiture verte
© Groenbedrijf Van Vlierden
-
-
© Groenbedrijf Van Vlierden

Les jardins sur le toit ou toitures végétales connaissent un succès croissant. Ils présentent d’ailleurs bon nombre d’avantages: ils régulent les débits d’eau de pluie, augmentent les prestations acoustiques et thermiques d’un toit et dans certains cas, rendent ce toit extrêmement utile. Pour réussir son jardin sur le toit, il convient de respecter les consignes suivantes.

 

1. La structure portante

Pour mettre en œuvre un jardin sur le toit d’une maison existante, il est important de s’assurer que la structure soit suffisamment solide pour supporter la charge supplémentaire. Dans le cas d’un jardin intensif, la charge additionnelle peut monter jusqu’à 500 kg/m². Quand on n’est pas suffisamment sûrs de la force portante, il vaut mieux faire appel à un ingénieur en stabilité ou à un architecte.
Dans le cas d’une construction neuve, il faut tenir compte de cette charge supplémentaire, dès le stade de la conception.


2. La mise en œuvre

Il faut procéder à la mise en œuvre avec le plus grand soin. Depuis l’étanchéité à l’eau jusqu’au choix du substrat. Surtout ne pas utiliser de terreau, car celui-ci risque d’acidifier le sol. Une erreur dans la mise en œuvre peut entraîner le démontage de toute la structure pour recommencer à zéro ou, en d’autres termes, payer trois fois le prix.


3. L’inclinaison de la toiture

L’inclinaison de la toiture doit avoir au moins 2% pour garantir une évacuation correcte des eaux de pluie et des eaux de fonte des neiges. L’eau ne peut absolument pas stagner afin d’éviter des charges inutiles sur la structure.
Le système de drainage dans la structure du toit vert doit retenir suffisamment d’eau pour nourrir les plantes.


4. L’étanchéité à l’eau

La couche étanche à l’eau sera une membrane résistante aux racines. Conformément aux normes en vigueur, cette membrane doit pouvoir résister contre l’intrusion et la pénétration des racines.


5. Le test d’étanchéité à l’eau

On ne pose pas de jardin sur le toit sans procéder à un test d’étanchéité à l’eau. Ce test permet de détecter rapidement les fuites éventuelles dans les couches étanches à l’eau. Il vaut mieux les détecter avant de poser la toiture végétale. Sinon, on risque des frais supplémentaires inutiles pour démonter la toiture végétale et la remettre en œuvre.

Concrètement parlant, pour effectuer ce test, on inonde la toiture pendant quelques jours. La plupart des fuites seront déjà détectées au bout de la première journée et l’on pourra y remédier facilement. Toutes les parties ont avantage à procéder de cette manière. Même le couvreur qui ne sera pas confronté ultérieurement à une affaire de garantie dont les coûts peuvent atteindre des sommes astronomiques.


6. Le bon choix de plantes

Il faut éviter les plantes à rhizomes qui s’enfoncent dans le sol et privilégier les plantes aux racines superficielles qui s’étalent.


7. L’utilisation du bois

Si vous optez pour du bois sur la toiture végétale, il faut privilégier certaines essences. En effet, certaines sont plus sensibles que d’autres pour ce genre de structures.


Lis aussi: Les toitures vertes

Brochures pour les toitures vertes