• Accueil
  • »
  • Construction
  • »
  • Chauffage
  • »
  • Mesurer et réguler la ventilation : une meilleure qualité d’air et une moindre consommation d’énergie

Mesurer et réguler la ventilation : une meilleure qualité d’air et une moindre consommation d’énergie

Modifié par Vinciane Pinte le 6/11/2012

Un système de ventilation est souvent régulé à l’aide de simples commutateurs comme le commutateur à 3 positions d’un système C ou D. On utilise souvent une commande manuelle et mécanique au niveau de la vanne de prise d’air sur le châssis, dans le cas d’un système C. Doté de capteurs et d’un système de contrôle élaboré, un système de ventilation fonctionnera beaucoup mieux dans la maison. Une meilleure qualité d’air et une moindre consommation d’énergie sont deux avantages non négligeables que présente le fait de mesurer et  réguler la ventilation.

Découvrez les conseils de nos experts

Réguler

Commutateurs à positions

On peut réguler un système de ventilation avec un commutateur à 3 ou 4 positions. Le commutateur à 3 positions est parfois agrémenté d’un led dans le cas d’un système D, indiquant quand il faut remplacer les filtres. 

Dans le cas d’un commutateur à 4 positions, outre les 3 positions classiques (minimum, normal et maximum), on a une quatrième possibilité : automatique. Dans ce cas, le régulateur du système de ventilation détermine le meilleur choix.

Les commutateurs à positions ne sont pas toujours raccordés à l’appareil de la même manière. On rencontre le plus souvent le raccordement à 3 fils. On peut aussi les raccorder avec un câble RJ11 (en d’autres termes, un câble téléphonique). Quoi qu’il en soit, la règle est de se renseigner quant à savoir ce qui convient exactement.
Zehnder CC-Ease
Ventilation
© Luchtwinkel
Systemair CD control
Ventilation
© Luchtwinkel

L’affichage numérique

Un système de ventilation peut aussi être doté d’un système de commande élaboré grâce auquel on  peut adapter les réglages de l’appareil. Dans la plupart des marques, on peut réguler les températures d’enclenchement et de coupure pour le by-pass. On peut aussi régler le déséquilibre en cas d’utilisation d’un feu ouvert ou d’une hotte. Les appareils qui sont dotés d’un système de pré- ou de post-chauffage peuvent aussi être réglés sur l’écran d’affichage numérique en fonction de vos propres exigences en matière de confort.

Bien évidemment on peut régler les débits sur la plupart des écrans d’affichage numérique. Les normes standards des débits peuvent donc être adaptées à chaque position, aux valeurs souhaitées. Notez que certains paramètres sont réservés exclusivement aux installateurs. Si vous les modifiez sans avoir les connaissances techniques du fonctionnement de l’appareil, vous risquez d’endommager l’appareil.  

Outre les réglages des appareils, les écrans d’affichage numérique présentent un avantage supplémentaire. On peut aisément encoder le programme d’une semaine sur l’écran. On peut choisir aussi parmi plusieurs programmes hebdomadaires prédéfinis mais on peut aussi concocter son propre programme. Au lever, un débit plus élevé et avant de partir au travail, le débit le plus faible dès que vous refermez la porte derrière vous. Le samedi et le dimanche, un autre horaire mais alors la position du milieu pour toute la journée ? Aucun problème pour les programmes hebdomadaires.

Les écrans d’affichage permettent aussi de mettre en œuvre un programme pour les vacances. En d’autres termes, la ventilation fonctionnera à son niveau minimal durant l’absence des occupants.
Les écrans d’affichage sont généralement raccordés à l’aide de câbles à plusieurs fils. Quelle sorte de câble faut-il prévoir ? Renseignez-vous auprès de votre fournisseur.

Prix coûtant

Un écran d’affichage permettant de réguler un système de ventilation rend ce système déjà 150 à 300 euro plus cher. Si vous n’avez pas l’intention de vous occuper outre mesure de votre système de ventilation (ce qui n’est pas du tout la honte), alors cela vaut la peine d’investir dans un écran d’affichage numérique ou un commutateur à 4 positions, parce que vous aurez la garantie d’une meilleure qualité d’air.

Mesurer

Le fonctionnement automatique d’un appareil de ventilation (songez à la 4e position d’un commutateur à 4 positions) ne fonctionnera correctement que si on utilise des capteurs. Ceux-ci servent à calquer le système de ventilation sur la demande en termes de ventilation. C’est ce que l’on appelle une ventilation à la demande.  

On distingue 3 groupes de capteurs que l’on utilise dans les habitations :

  • Les détecteurs de mouvement
  • Les capteurs d’humidité
  • Les capteurs de CO2
Détecteur
Ventilation
© Luchtwinkel

Les détecteurs de mouvements

Avec les détecteurs de mouvements, le système de ventilation saura s’il y a une présence dans la maison. Les détecteurs de mouvement sont généralement mis en œuvre dans les toilettes, mais ils ont aussi leur place dans un séjour.
Vent-Axia
Ventilation
© Luchtwinkel
Zehnder Hygro-presence
Ventilation
© Luchtwinkel

Les capteurs d’humidité

Les capteurs d’humidité mesurent le niveau d’humidité dans la maison. Il est important de savoir que l’humidité relative est mesurée en pourcent. 100% d’hygrométrie signifie que la vapeur d’eau est précipitée dans l’air. Dans l’air extérieur, on connaît ça sous la forme de brouillard ou de pluie. On n’en a vraiment pas besoin dans la maison.

0% d’humidité relative signifie qu’il n’y a pas de vapeur d’eau présente dans l’air. Cette situation ne se produit jamais dans la pratique, mais on peut avoir une atmosphère fort sèche. La quantité de vapeur d’eau dans l’air dépend de la température. Plus la température est basse, moins il y aura de vapeur d’eau dans l’air.

Un capteur d’humidité mesure l’hygrométrie et le système de ventilation tente de maintenir l’hygrométrie dans la maison à environ 50%. C’est le niveau d’humidité le plus agréable (le plus sain) à des températures intérieures normales.

Utiliser des capteurs d’humidité pour ventiler est généralement un excellent choix. Le niveau d’humidité dans la maison est d’ailleurs provoqué, en grande partie, par les occupants (cuisine, douches, lessives, …).

En règle générale, un système de ventilation évacuera (et amènera) plus d’air ambiant s’il fait humide à l’intérieur. S’il fait très humide dehors (par temps de pluie par exemple) cela ne sert à rien de ventiler. En effet, cela amènerait plus d’humidité encore à l’intérieur.

Notez que c’est valable pour tous les systèmes de ventilation. Il faut privilégier une régulation intelligente qui tient aussi compte de l’hygrométrie extérieure.

Les capteurs d’humidité se posent dans chaque pièce, mais peuvent aussi être intégrés à l’appareil.

On rencontre 2 types de capteurs d’humidité intégrés. Soit le niveau d’humidité de toutes les pièces est mesuré en même temps (dans un système C par exemple), ou alors le niveau d’humidité est mesuré sur chaque canal d’évacuation (système C à la demande). On installe aussi des capteurs d’humidité dans les chambres ou dans le séjour, par exemple pour un système D.
Itho
Ventilation
© Luchtwinkel

Les capteurs de CO2

Un capteur de CO2 mesure les particules de CO2 contenues dans l’air. Le nombre de particules s’exprime en parts per million (ppm). Des chiffres de  400 à 500 ppm sont normaux pour l’air extérieur. Dans la maison, le niveau de CO² peut monter jusqu’à plus de 1000 ppm. C’est le niveau de CO² auquel on estime que la qualité de l’air est encore de qualité satisfaisante. Au-delà de 1000 ppm, la qualité de l’air est insuffisante. Dans une chambre à coucher d’une personne qui n’est pas ventilée activement, le niveau de CO² peut monter en une demi-heure jusqu’à plus de 1500 ppm.

Prix coûtant détecteur de mouvement

Un détecteur de mouvement et un capteur d’humidité ne coûtent pas tellement. Mais si vous équipez chaque pièce d’un de ces capteurs, l’investissement risque d’être lourd. Il ne faut pas s’étonner si votre installateur parle d’un surcoût de 1 000 euros. Quant aux capteurs de CO², l’investissement est encore plus conséquent. Avec un prix coûtant d’environ  200 à 500 euros par capteur, vous comprendrez aisément qu’un système de ventilation doté de capteurs dans chaque pièce risque de constituer un énorme surcoût.

La domotique

La plupart des maisons neuves sont équipées d’un système de domotique. C’est l’occasion idéale pour faire réguler aussi le système de ventilation par la domotique. Pour les systèmes de ventilation régulés à l’aide d’un commutateur à 3 positions, il suffit d’utiliser 2 ou 3 ports du système de domotique pour la régulation de la ventilation.

Si le système de ventilation fonctionne avec sa propre régulation ou avec un écran d’affichage numérique, c’est moins évident à réaliser.

Certains fabricants suivent l’évolution de la domotique de près. Il existe des ports supplémentaires sur l’appareil et parfois on peut même mettre en œuvre un protocole de communication universelle. Les instructions d’installation de l’appareil permettent déjà de déterminer les options possibles. Si elles ne mentionnent nulle part la possibilité d’une régulation extérieure, il vaut mieux ne pas opter pour cet appareil si vous envisagez de l’intégrer dans un système de domotique.

Auteur : Andy Camps, Luchtwinkel.be - Octobre 2012

Brochures pour chauffage

Plus d’info ?