Comment chauffer une maison passive dans le futur?

Modifié par Vinciane Pinte le 6/11/2012

En 2014, tous les bâtiments neufs en Flandre devront être passifs. A Bruxelles, on évoque 2015 et 2018 pour la Wallonie.

En d’autres termes, nous serons obligés de pourvoir à notre propre énergie dans ces nouvelles constructions. Une pompe à chaleur ou des panneaux solaires pour produire l’eau chaude sanitaire, ou des panneaux solaires pour produire de l’électricité : c’est l’évidence même. Mais comment chauffer nos maisons passives, le cas échéant ? Les besoins en chaleur étant minimes, la mise en œuvre d’une chaudière classique pour le chauffage central ou d’une pompe à chaleur ne serait-elle pas exagérée ? Lors de notre enquête, nous avons été confrontés au paradoxe solaire, aux smart grids et au stockage d’énergie.

Découvrez les conseils de nos experts

Nous avons interrogé quatre spécialistes:
  • Jeroen Reijnen – directeur marketing chez Soleco (panneaux solaires)
  • Heidi Lenaerts – directeur général chez Smart Grids Flanders (réseaux électriques intelligents)
  • Jean-Pierre Rutten – managing director chez Stiebel Eltron (pompes à chaleur, panneaux solaires)
  • Jan Schaerlaekens, conseiller en énergie auprès du cabinet de la ministre Freya Van den Bossche.

Pourquoi produire sa propre énergie ?

Soleco, distributeur de panneaux solaires, chauffe-eau solaires et pompes à chaleur, croit en la gestion de sa propre production d’énergie, en dehors du fait que l’on fasse construire en mode passif ou non. « Le consommateur se rend de mieux en mieux compte de l’intérêt de produire sa propre énergie. Non seulement la pression climatologique joue un rôle, mais aussi le facteur déterminant des 60% de frais de distribution sur la facture énergétique.”

© Recticel Insulation

Retour au chauffage électrique ?

Nous partons du principe que le propriétaire d’une maison passive doit malgré tout chauffer par grand froid. Comment faire ? Recourir au chauffage électrique ? Jan Schaerlaekens, conseiller en énergie: “Dans le passé, nous avons fait l’erreur de promouvoir le chauffage électrique ; Il comporte de gros risques. Un pays comme la France est le premier à geindre quand l’hiver atteint des pics, parce qu’on a installé énormément de chauffages électriques dans le pays.  Pour cette raison, nous ne pouvons pas promouvoir un chauffage électrique.”
Jean-Pierre Rutten de chez Stiebel Eltron: “Nous voyons l’option suivante: un chauffage par le sol pour les pièces de vie et des convecteurs dans les pièces où l’on passe peu de temps, par exemple la salle de bains ou le bureau. »

On investit dans une pompe à chaleur ou des panneaux solaires ?

Jeroen Reijnen: “Il faut privilégier un amalgame de techniques, sinon il faut acheter du courant au réseau pour que la pompe à chaleur puisse continuer à tourner”

Heidi Lenaerts: “Tout ce qui consomme de l’énergie renouvelable : une pompe à chaleur (géothermique ou à air), un chauffe-eau solaire ou la micro-cogénération. Il faut avant tout un réservoir tampon pour pouvoir stocker de l’énergie et limiter la charge sur le réseau électrique. »

Jan Schaerlaekens: “Utiliser la chaleur qui est produite à proximité de la maison et fabriquer de la chaleur localement (même pour l’eau chaude sanitaire) à l’aide d’une pompe à chaleur, d’un poêle à pellets ou d’une petite chaudière au gaz. Ainsi, l’électricité produite par les panneaux solaires sera utilisée pour les appareils électriques ou pour l’éclairage ou servira à tout ce qu’elle doit servir, hormis le chauffage. »
-
© Stiebel Eltron

Qu’en est-il du paradoxe solaire ?

Nous en arrivons au paradoxe solaire : lorsque les panneaux solaires produisent de l’électricité, vous n’en avez pas besoin pour chauffer. Ce n’est que le soir que vous en aurez besoin pour le chauffage. Chez Soleco, ils n’y voient aucun problème. Jeroen Reijnen: “Le seul paradoxe que nous constatons à l’heure actuelle, c’est l’économie d’énergie que fournissent les panneaux solaires par rapport aux dévoreurs d’énergie qui font leur apparition comme le digibox, le vélo électrique et bientôt, la mobilité électrique.”

Jean-Pierre Rutten: “Produire un surplus d’électricité et le rejeter ensuite dans le réseau ou installer des consommateurs d’électricité ‘inutiles’, ce n’est pas très écologique. Pourtant, la plupart commettent cette erreur, en raison de l’amortissement intéressant et des bénéfices ultérieurs, grâce au prix élevé des certificats verts de ces dernières années. Mais ce cas de figure – du moins pour la Flandre – appartient au passé. La solution: une pompe à chaleur avec réservoir tampon – comme la pompe à chaleur air-eau tout en un (chauffage, production d’eau chaude, ventilation) – et les panneaux solaires thermiques. Combiné à un smart grid, la pompe à chaleur peut stocker de l’énergie sous forme de chaleur dans le réservoir tampon. La pompe à chaleur ne produit cette chaleur qu’aux moments où l’électricité est la moins chère. »
-
© Smart Grids Flanders

Comment évoluent les smart grids ou les réseaux intelligents ?

Les smart grids ou réseaux intelligents sont des réseaux électriques qui utilisent les nouvelles technologies de manière optimale. Elles facilitent l’intégration des énergies renouvelables et la circulation de l’électricité dans les deux sens. La question est de savoir où l’on en est aujourd’hui avec le développement et l’évolution de ces smart grids.

Heidi Lenaerts: "Entre-temps, les smart grids affichent une progression d’ordre pratique. Les compteurs pilotes intelligents des gestionnaires de réseaux Eandis/Infrax, Nuvonet, Smart Home box Electrabel, Linaer, MetaPV, Smart homes (VEI), Smart Geotherm (WTCB), Ecogrid ont été activés. Entre-temps, les gestionnaires de réseaux planchent sur le stockage de l’énergie. Il s’agit d’une intégration progressive afin de permettre la circulation dans les deux sens. Etant donné qu’il existe déjà beaucoup d’énergies renouvelables, on oscille entre l’expansion du réseau (des câbles plus épais) et l’intégration de la technologie disponible tout en tenant compte des règlementations en vigueur. Le particulier peut assumer un rôle plus actif sur le marché de l’énergie du futur et avoir pour récompense l’équilibre entre sa production d’énergie et sa demande."
Auteur : Kelly Cuypers - Octobre 2012

Brochures pour chauffage

Plus d’info ?