Energie

Certificats verts: les transferts sud-nord évités

Partenaires recommandés

logo Groupe Atlantic
Antargaz logo
Logo Remeha - Chauffage
Interrogé cette semaine en commission de l’Économie par le député MR David Clarinval, le secrétaire d’État à l’Énergie Melchior Wathelet a dit envisager la suppression du mécanisme fédéral qui oblige Elia, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, à racheter les certificats verts régionaux au prix minimal de 150 euros par MWh. "J’ai demandé à la Creg d’établir une proposition royale supprimant l’obligation faite à Elia de racheter ces certificats verts", a-t-il indiqué.
Ce dispositif qui n’est qu’un des mécanismes de soutien mis en place pour soutenir les renouvelables, est actuellement utilisé de manière limitée: la charge pour Elia, répercutée sur tous les consommateurs d’électricité du pays via une surcharge fédérale, est actuellement de 61.500 euros. Mais elle risquait d’exploser, suite au nouveau décret flamand en matière d’énergie. À partir du 1er août, il pourrait en effet être plus intéressant pour les producteurs flamands de revendre leurs certificats à Elia, plutôt que de bénéficier du prix minimum garanti de 90 euros auprès des gestionnaires de réseau. "Sans la suppression de ce dispositif, on va vers une subsidiation du photovoltaïque flamand par l’ensemble des consommateurs wallons", résume David Clarinval.

Melchior Wathelet a précisé que la Creg allait examiner l’opportunité d’établir une distinction entre les installations historiques et les nouvelles installations pour que le fédéral respecte ses promesses.

Un autre dérapage

utre souci: Elia garantit par ailleurs le prix minimum des certificats verts wallons, de 65 euros par certificat, en les rachetant aux producteurs qui le souhaitent. Ces certificats sont différents de ceux du fédéral: les petits producteurs en reçoivent 7 par MWh produit. Or, avec le développement du renouvelable, le prix de marché de ces certificats est désormais inférieur au prix garanti, et de plus en plus de producteurs wallons font appel à Elia.

Cela lui a coûté 600.000 euros en 2009. Mais selon des prévisions de la Cwape, cela pourrait grimper à 200 millions d’euros… David Clarinval parle même de 250 millions d’euros par an. Même si Elia récupère ces coûts via une surcharge supportée par tous les consommateurs wallons, elle a tablé, pour 2012, sur une enveloppe de 20 millions d’euros. "Nous ignorons si le consommateur va attendre que le marché se rétablisse, réagit Elia. Mais nous allons devoir demander une adaptation de cette surcharge en 2013, voire plus tôt."

Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.

Souhaitez-vous lire cette brochure? Entrez votre adresse e-mail une fois