La LED ne convainc pas encore les designers

Modifié le 1/01/1900

© Delta Light
© Delta Light
© Delta Light
Delta Light eclairage Vision
© Delta Light
© Delta Light

Philips a présenté ses nouveaux produits, dont une ampoule en forme de bulbe. Lors d'un forum organisé par le géant hollandais, des designers ont toutefois critiqué la lumière fournie par la technologie LED et exprimé leur attachement aux ampoules à incandescence. Nostalgie quand tu nous tiens…

 

L'éclairage est sans conteste l'un des domaines qui s'est le plus développé ces dernières années, à tel point qu'il requiert aujourd'hui une attention de tous les instants de la part des architectes et autres designers. Une démonstration de ce « boom lumineux » fut apportée lors du dernier Salon du Meuble à Milan où Euroluce (quatre pavillons et plus de 40.000 mètres carrés entièrement dédiés à la lumière) a brillé de mille feux.

Pour le géant hollandais Philips, l'occasion fut belle de présenter les nouveaux produits appartenant à des gammes à consonance italienne (Arcitone, Cielo, Ponato, Ledino, Lirio…). Normal après tout puisque son responsable du design n'est autre que Stefano Marzano, un nom qui laisse peu de place au doute quant à son origine.


La firme d'Eindhoven en a également profité pour exposer les créations de ses « satellites » précédemment rachetés ou récemment acquis (Modular, Iltiluce, Luci Plan). Autant d'« artisans de la lumière » qui apportent une touche plus créative sur le marché florissant du design lumineux et qui profiteront en retour des bénéfices d'une approche industrielle en matière de production. La technologie de la diode électroluminescente – LED – a ouvert au secteur de nouvelles voies, importantes, sur le plan tant domestique que public. Pour ce dernier (on pense notamment à l'éclairage des villes), les enjeux ne sont pas énormes. Ils sont colossaux.

Si les avantages de la led ne se discutent pas (économies d'énergie, rendement et durée de vie supérieurs, meilleure précision du faisceau lumineux, allumage instantané…), cette technologie semble toutefois avoir du mal à s'imposer chez les professionnels du design, nostalgiques de la bonne vieille ampoule à incandescence qui ne sera bientôt plus qu'un souvenir (elle sera totalement interdite à la vente à partir de septembre 2012).


Une foule de nostalgiques

C'est ce qui est ressorti d'un intéressant forum organisé par Philips en marge d'Euroluce dans un hôtel design de Milan. Plusieurs éminents spécialistes se sont succédé à la barre pour vanter les mérites de la lumière sous toutes ses facettes. Un designer urbain est ainsi venu expliquer que la ville doit être considérée comme une pièce de la maison et bénéficier des mêmes attentions en matière d'aménagements. Un autre a déclaré que la lumière pouvait, et devait, transformer les espaces, « peindre » des murs et s'adapter à l'humeur des gens. Pour bien témoigner son amour pour la chose lumineuse, un architecte allemand a même eu cette jolie phrase : « La lumière ? C'est ce qui distingue la pornographie de l'érotisme… » ; là, une autre tenta d'apporter sa propre définition d'une bonne lumière : « C'est une lumière qui ressemble à celle du jour, c'est-à-dire qui sait changer et proposer différentes tonalités, différentes ombres, différents niveaux… » Mais l'intervention la plus remarquée fut à mettre à l'actif d'Inga Sempé, designer française bien connue. Pas sûr, toutefois, qu'elle ait plu aux responsables de Philips. « Nous vivons aujourd'hui une période étrange, dit-elle ainsi. Dans les magasins, les gens sont perdus parce qu'ils ne savent plus quelle ampoule choisir.

Les sociétés aussi sont déboussolées car elles ne peuvent plus produire les ampoules incandescentes. Or, les nouvelles lumières sont horribles. Il faut trouver une technologie qui donne une lumière qui ne soit pas aveuglante. » Et la Parisienne de conclure son intervention en avouant qu'elle était en train de racheter sur internet toutes les ampoules à incandescence qu'elle pouvait trouver…


Un marché en attente d'une lumière douce et diffuse

Même s'il faut reconnaître que les produits proposés aujourd'hui ne rendent pas encore la « chaleur » de l'incandescence (Philips vient toutefois de lancer sur le marché une ampoule en forme de bulbe qui s'en rapproche), la LED reste bel et bien une technologie révolutionnaire encore en pleine évolution. Et très bientôt, on parlera surtout de l'OLED (pour « diode électroluminescente organique »), une nouvelle technologie d'éclairage à semi-conducteurs, curieusement très peu représentée à Euroluce, mais qui est censée émettre une lumière douce et diffuse.

Une chose est sûre : tant la LED que l'OLED permettent déjà – et continueront de le faire – aux luminaires de prendre de nouvelles formes ; elles peuvent s'incruster dans des orifices parfois aussi étroits qu'un doigt, trouver place dans des objets inattendus, comme un seau à champagne, des bougies de table (rechargeables), voire même être immergées. Et de cela, les designers ne s'en plaindront sûrement pas.

La technologie de la LED a encore du chemin à faire pour convaincre mais elle présente d'indéniables avantages : économies d'énergie, durée de vie plus longue, possibilités d'intégration sur des supports les plus variés. Comme dans ce luminaire produit par le designer italien Illumiluce, où elle est immergée dans un liquide.


Source: Le Soir

Découvrez les conseils de nos experts

Plus d’info ?