Utiliser efficacement l’espace

Modifié par Gretel Kerkhofs le 13/06/2013

La construction durable commence déjà bien avant que l’architecte ne dessine le premier trait de son projet. Tant l’architecte que le maître d'ouvrage doivent être convaincus et motivés dès le départ pour réaliser ensemble une maison la plus durable qui soit. Il va de soi que les connaissances professionnelles de l’architecte en la matière sont d’une importance cruciale. Le maître d’ouvrage aussi doit savoir où il va et se poser des questions pertinentes.

 

L’orientation

Un concept durable exploite au mieux l’énergie que la nature nous donne gratuitement. En effet, on peut par exemple orienter les pièces peu utilisées ou pièces ‘froides’, plein nord, et les pièces de vie, plein sud. On peut alors y faire pénétrer la lumière du jour et la chaleur solaire par de grandes baies vitrées. Mais n’oublions pas que ces fenêtres pourraient aussi avoir un effet de serre en plein été, il faut donc prévoir un bon pare-soleil, voire même un système de refroidissement de l’air. Saviez-vous que le refroidissement électrique de l’air consomme plus d’énergie que le chauffage ?
Ces surcoûts pour le refroidissement ou le pare-soleil peuvent être évités en construisant un avant-toit. En été, lorsque le soleil est au zénith, l’avant-toit arrête les rayons du soleil, mais en hiver, quand le soleil est au plus bas, les rayons peuvent entrer et apporter une chaleur gratuite dans toute la maison. On peut aussi planter un arbre à feuilles caduques. En automne et en hiver, l’arbre perd ses feuilles et ne retient plus les rayons du soleil. Au printemps et en été, par contre, il se parera à nouveau de verdure et procurera ombre et fraîcheur.

 

Ni trop grande, ni trop petite

Une maison durable est en premier lieu une habitation adaptée à votre mode de vie et à votre situation familiale. Une maison trop grande entraîne des frais inutiles et gaspille l’énergie et les matériaux. Par ailleurs, la maison ne peut pas non plus être trop petite. Car cela nuirait à la qualité de vie et après quelques années, il faudra sans doute déjà songer à une extension. Par conséquent : il vaut mieux réussir du premier coup.

Etant donné que l’espace et les terrains à bâtir se font rares, le maître mot est l’économie. Il ne s’agit pas seulement du nombre de mètres carrés mais d’une utilisation efficace de l’espace. Dans ce cas, on utilise aussi le terme ‘compact’. Une construction compacte n’est pas nécessairement ‘petite’; un bâtiment compact présente une forme simple, peu de saillies ou d’incurvations. Ainsi, on a moins de parois murales extérieures mais beaucoup d’espace intérieur utile.

Le module de construction le plus compact est en fait la sphère mais, d’un point de vue architectural, c’est difficile à réaliser. Le cube propose cependant aussi une forme compacte. Un bâtiment compact coûte nettement moins cher en matériaux et en homme-heures qu’une bâtisse de surface identique dotée d’innombrables angles et recoins. Vous limitez ainsi les surfaces des façades où l’énergie a tendance à s’échapper. Le surcoût pour une isolation plus épaisse sera donc moins élevé. On peut alors mettre en œuvre des principes durables tout en limitant les frais. En fin de compte, chaque centimètre carré construit se paie.

 

Quelques bons conseils

• Faites entrer le soleil d’hiver, mais ne laissez pas entrer le soleil d’été.
• Réfléchissez deux fois plutôt qu’une aux conséquences des décisions que vous allez prendre, car vous devez les assumer toute une partie de votre vie.