Construire étanche à l'air

Modifié par TiM Vanhove le 20/07/2012

Saint Gobain Isover
© Isover
blowerdoor test, test de l'étanchéité à l'air
© Wikipedia Duits
assortiment des produits tape et feuilles pour rendre la maison très étanche à l'air
© Pro Clima
isolation mur extérieur
PIR-isolation du mur extérieur.
© Xtratherm
-
recitape
© Recticel Insulation

La cinquième étape vers la construction à l’épreuve du futur consiste à veiller à ce que votre habitation soit parfaitement étanche à l’air. Selon l’architecte Flip Blockx, c’est la dernière étape pour une construction à l’épreuve du futur. Les étapes suivantes qui seront abordées dans cette série, pourront être mises en œuvre plus tard, voire améliorées, mais les 5 premières étapes que nous avons étudiées sont déjà parfaitement au point.


Construire étanche à l’air ne signifie pas que l’on empêche l’air frais d’entrer dans la maison. Ce serait pour le moins désagréable. Dans une bâtisse étanche à l’air, seule une quantité contrôlée d’air frais pénètre dans la maison, exactement où on le souhaite, par le biais d’un système de ventilation (qu’il soit mécanique ou naturel). Cet air ne peut pénétrer ou quitter le bâtiment autrement. Il n’y a donc aucune perte incontrôlable au niveau de la ventilation. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’on ne peut pas ouvrir une fenêtre dans une bâtisse étanche à l’air.

Tester l’étanchéité à l’air

Pour vérifier si un bâtiment est effectivement étanche à l’air, il faut pratiquer quelques tests. On procède comme suit : sur le chantier, on coupe tous les éléments de ventilation et on teste l’étanchéité à l’air de la maison en mettant un ventilateur (le test du blower door) sous pression. Si on obtient une différence de pression de 50 pascal (comparable à 5 Beaufort), l’air ambiant ne devrait pas dépasser un taux de renouvellement d’air de 0.6 par heure dans une maison parfaitement étanche à l’air.

Une habitation quatre façades affiche en moyenne un score de 10 renouvellements par heure. Ce qui signifie que par vent fort, tout l’air chaud contenu dans la maison quatre façades est renouvelé toutes les 6 minutes. Il est donc clair que l’on peut faire beaucoup mieux en termes d’économies. Un bâtiment correctement étanchéifié à l’air permet de récolter jusqu’à 10 points en valeurs E, ce qui permet d’obtenir en subsides, un montant dépassant nettement le coût du test du blower door. Donc, n’hésitez jamais à le faire faire.

Comment étanchéifier à l’air?

Il faut obturer toutes les fissurations, les crevasses, les trous, aussi petits soient-ils, à l’aide des produits conçus à cet effet. Le produit le plus couramment utilisé et donc le plus connu, c’est le plâtrage. Il veille à ce qu’aucune particule d’air ne puise pénétrer dans les parois. Mais la difficulté réside ailleurs. Il n’est pas facile d’étanchéifier les raccords, comme celui entre le mur et le châssis. Il faut donc utiliser un matériau spécial à cet effet.

La silicone standard que l’on trouve au rayon de bricolage ne suffit pas. Les injections de PUR encore moins ! Pour les portes extérieures, il existe un petit profilé de sol contre lequel la porte vient adhérer de manière étanche.

Il existe différentes marques de rubans adhésifs et de matériaux en kit sur le marché. Je vous livre l’un des pionniers en la matière : Pro-Clima. Il suffit de surfer un peu, et vous trouverez un tas de documentation sur le sujet. Mais attention, on n’utilise pas de la même manière les matériaux à étanchéifier dans un bâtiment maçonné et dans un bâtiment à ossature bois.

Trucs et astuces pour construire étanche à l’air

  • Il faut mettre en œuvre cette étanchéification à l’air partout et avec le même soin. Un petit trou dans l’étanchéité de la toiture est plus sensible à la condensation interne que des centaines de petits trous. Cela peut sembler un peu tiré par les cheveux mais on ne supporterait pas non plus un seul petit trou dans le toit, (car alors, il pleuvrait à l’intérieur !).
     
  • L’architecte doit tenir compte de l’étanchéité à l’air au stade de l’avant-projet. Plus le projet est complexe, plus l’étanchéité à l’air le sera aussi, et bien entendu, le prix sera à l’avenant. En cours de chantier, le maître d’ouvrage, l’architecte et surtout l’entrepreneur doivent songer d’emblée au type de membrane qui sera placé, par qui et quand (l’entrepreneur qui pose les fenêtres ou le plafonneur ?)
     
  • Il est très important de mettre en œuvre une bonne coordination et de donner toutes les informations utiles. Le coup classique, c’est le poseur du revêtement de sol qui découpe la bande latérale en PE et coupe en même temps dans la membrane d’étanchéité. A éviter à tout prix !
     
  • Les portes et fenêtres ne sont pas toujours étanches à l’air non plus. Parlez-en avec le constructeur: rappelez-lui qu’il y a des exigences sévères à respecter en matière d’étanchéité et qu’il faut les vérifier. Je connais un chantier où toutes les fenêtres ont dû être retirées parce qu’elles ne satisfaisaient pas aux normes. Pourtant, ils en avaient parlé longuement auparavant. Les portes coulissantes sont rarement assez étanches. Seules certaines marques satisfont à ces normes et je ne connais qu’un modèle de porte de garage que l’on puisse installer dans une maison et qui soit suffisamment étanche à l’air.
     
  • Attention aux conduites qui entrent et sortent de la maison. Elles doivent aussi être raccordées de manière étanche. Une poutre en bois qui sort de la maison est impossible à étanchéifier à l’air. En effet, de petites et de grosses fissurations parcourent le bois et l’on ne peut pas les obturer toutes.

Donc, encore une fois, demandez conseil à votre architecte.


Auteur: Flip Blockx, Architecte – Consultant en matière de construction durable – septembre 2011


Lisez aussiConstruire à l’épreuve du futur – Construire pour l’avenir, c’est isoler