Les agents immobiliers

Prix immobiliers stables en 2011

En 2011, les prix des différentes catégories d’habitation ont augmenté de 3 à 4%, révèlent les chiffres officiels publiés par le SPF Economie. Si l’on tient compte de l’inflation de 3,5% en 2011, les prix réels des habitations sont restés relativement stables.

 

Les maisons d’habitation traditionnelles ont vu leur prix augmenter de 4,1%. L’année précédente, la hausse avait atteint 5,1%. Les villas, bungalows et maisons de campagne sont en hausse de 3,5%, contre 6% en 2010. La hausse des prix des appartements est de 3% (contre 6,7% en 2010).

Les prix des terrains à bâtir sont restés stables (- 0,3%) alors qu’ils avaient encore augmenté de 8,6% en 2010.  Les prix des habitations avaient eu la vie dure en 2009 : pour la première fois en 26 ans, ils avaient enregistré une baisse. Ils ont néanmoins repris 6% dès l’année suivante, en 2010, dans la foulée de la reprise économique, soit bien plus que l’inflation (3,1%). Les terrains à bâtir ont augmenté de 8,6%. On a alors parlé d’une véritable augmentation de valeur. En 2011, la hausse des prix a été moins marquée. En réalité, elle n’a pas dépassé l’inflation.

Si l’on se base sur les données de 2011, la Belgique n’a pas connu de grave crise de l’immobilier résidentiel, comme ce fut le cas aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Espagne ou en Irlande. La valeur nominale des maisons (188.391 euros), villas (330.865 euros) et appartements (195.402 euros) a atteint des records historiques. Seule exception : les terrains à bâtir (102,6 euros/m² en 2011) pour lesquels le record (102,9 euros par m²) a été établi en 2010.

L’environnement économique s’est dégradé dans la deuxième moitié de 2011 suite à la dégradation de l’économie mondiale, de la crise de l’euro et aux mesures prises par le gouvernement Di Rupo. Ces tendances ne semblent toutefois pas avoir affecté les prix au dernier trimestre de 2011. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’impact. Les chiffres du SPF Economie se basent sur les montants des actes de vente, qui ne sont signés que trois mois après la signature du compromis. C’est seulement lors de la publication des prochaines données trimestrielles qu’il sera possible de vérifier si la baisse des prix de 4%, communiquée cette semaine par les notaires pour le premier trimestre de 2012, se confirme. Le baromètre des notaires - il est vrai moins précis – se basant sur les prix mentionnés dans les compromis de vente, il devance de trois à six mois les chiffres officiels du SPF Economie.


Flandre

La Flandre a enregistré des hausses pour toutes les catégories de biens l’an dernier. Pour une maison d’habitation, il a fallu débourser en moyenne 201.129 euros (+ 4,6%). Pour une villa, 353.056 euros (+ 3,1%) et pour un appartement, 200.864 euros (+ 2,7%). Les terrains à bâtir (156,8 euros par m²) se sont encore renchéris (+ 0,8%).

Avec 177.840 euros pour une maison, la province la moins chère est le Limbourg. C’est dans le Brabant flamand qu’elles sont les plus chères (232.797 euros) et à Ronse les plus abordables (124.258 euros). Crainem est la commune la plus chère (366.449 euros), suivie par Laethem-Saint-Martin (359.691 euros), Wezembeek-Oppem (344.009 euros) et Knokke-Heist (341.935 euros).


Bruxelles

Dans la Région de Bruxelles-Capitale (19 communes), il a fallu débourser 348.718 euros (+ 3,7%) pour une maison. En hausse de 15,1% (1.031.738 euros), les prix des villas sont encore bien plus élevés. Les rares terrains à bâtir ont changé de mains pour 436,0 euros/m² (+ 16,4%). Avec une moyenne de 481.947 euros, la commune la plus onéreuse est Ixelles et la moins chère est Berchem-Sainte-Agathe (275.854 euros).


Wallonie

En Wallonie, une habitation moyenne coûte 143.554 euros (+ 2,7%). Une villa change de propriétaire pour 263.438 euros (+ 2,9%) et un appartement pour 153.405 euros (+ 3,3%). Les terrains à bâtir coûtent 48,8 euros/m² (+ 3,8%). La commune la plus chère est Lasne (368.613 euros) dans le Brabant Wallon, tandis que Seraing, dans la région liégeoise, est la meilleur marché (109.552 euros).

Malgré la relative modestie des augmentations moyennes, rares sont les provinces où on a observé des diminutions globales de prix dans des catégories précises. On n’a constaté de baisse que pour les terrains à bâtir dans la province d’Anvers (- 1,3%) et en Flandre orientale (- 1,3%), pour les appartements dans le Brabant flamand (- 1,2%) et pour les maisons dans le Luxembourg (- 0,5%).


Source: L'Echo

Ne manquez pas les dernières nouvelles de la construction!

Recevez nos mises à jour hebdomadaires pleines de conseils utiles sur la construction et la rénovation.

Souhaitez-vous lire cette brochure? Entrez votre adresse e-mail une fois