Les espèces de plantes grimpantes

Modifié par Kelly Cuypers le 14/05/2012

La manière dont les plantes utilisent la façade pour trouver un appui diffère s’il s’agit de végétation directe, indirecte ou d’une façade verte. En outre, il existe aussi une végétation de façade tombante.

La végétation directe

La végétation directe se compose de différentes espèces de plantes grimpantes. Elles se hissent le long de la façade à l’aide d’organes de fixation. Le lierre et la vigne vierge en sont de magnifiques exemples.

La végétation indirecte

Quant à la végétation indirecte, elle regroupe les plantes à tiges volubiles, à vrilles et à racines adventives et elles requièrent un support pour grimper, d’où le nom aussi de croissance à distance, étant donné que le support se trouve à quelques centimètres de la façade.

La végétalisation de la façade

S’il est impossible de fixer les plantes en terre au niveau du sol, on peut éventuellement mettre les plantes dans des bacs et ensuite les installer sur le toit. Cette végétation tombante se déploie alors sur toute la façade.
Façade végétale
© Département Nature et Forêts
Les différentes plantes grimpantes
© Département Nature et Forêts

Les groupes de plantes grimpantes

Les plantes appartenant à ces différentes espèces sont à leur tour subdivisées en divers groupes. Il est important de les connaître afin de faire le bon choix pour chaque cas de figure.
  • Les plantes grimpantes à ventouses qui s'ancrent dans la façade (figure A et B). Il s’agit de petits filaments de racines qui peuvent s’ancrer dans les interstices et les petites irrégularités du mur. Ces filaments ne s’y enfoncent que de quelques millimètres et ne détériorent donc en aucune manière la façade. Mais si on arrache ces plantes sans précautions, on risque de faire tomber des joints ou du crépi.
  • Les plantes grimpantes à tiges volubiles composent le plus grand groupe (figure C). Dans leur recherche de lumière, elles se hissent en s’enroulant avec leurs tiges autour du support. Les plus connues de cette espèce sont le chèvrefeuille, la glycine et le polygonium.
  • Les plantes grimpantes à vrilles grimpent à l’aide de leurs organes filiformes (vrilles) qui s’enroulent en spirale autour du support (figure D et E). Ces vrilles se tortillent jusqu’à ce que les épines soient stimulées et se cramponnent au support pour ensuite s’y développer. Citons comme exemples la vigne vierge et la clématite.
  • Les plantes grimpantes à crampons qui s’adossent tout simplement au support utilisent leurs épines ou leurs racines aériennes pour s’accrocher au support et grimper vers les hauteurs (figure F). Le jasmin d’hiver et les rosiers grimpants sont des exemples bien connus de cette espèce.

  Assortir la plante à l’immeuble

 Hauteur de croissance  Choisissez une plante qui ne pousse pas plus haut que la toiture – ou tout autre hauteur souhaitée
 Vitesse de croissance  Tout dépend de la vitesse à laquelle vous voulez couvrir la façade
 Le type de croissance  Détermine la densité de la végétation
 La manière de grimper  Faut-il un tuteur ou non?
 Exigences de la plante en matière de luminosité et de chaleur  Le lieu de la plantation est déterminant dans ce cas

  Entretien

 Risque de détérioration  Les plantes risquent de repousser les tuiles et de les détacher
 Possibilités de faire l’entretien  Pouvez-vous encore atteindre la façade, les gouttières ou les tuyaux de descente pour l’entretien?
 Chute de feuilles  La plante est-elle à feuillage persistant ou non?

  Caractéristiques des plantes

 Résistantes à l’hiver  La plante résiste-t-elle au gel ou faut-il la protéger en hiver?
 Feuillage persistant  
 Odorante ou à fleurs  Les fleurs peuvent dégager un agréable parfum

(Source: brochure Végétalisation des façades : Département Nature et Forêts du Ministère de la Communauté flamande)

 

Les tuteurs

Les tuteurs de plantes sont disponibles en divers matériaux : bois, matériau synthétique ou métal. On peut les acheter, prêts à l'emploi, dans les jardineries ou les monter soi-même. Les supports les plus fréquemment utilisés sont encore les treillis en bois. Ils ne coûtent pas cher et sont faciles à installer. L'inconvénient, c'est que le bois étant un matériau naturel, il peut se rompre au bout d’un certain temps.
Les matériaux tels l'inox, le métal, le fer ou le carbone ont une plus grande longévité, mais sont aussi plus chers.